Quel gardien dans le but de MU ?

Reuters

C’est l’un des dossiers chauds de l’été pour Ole-Gunnar Solkjaer. Si le coach norvégien peut se réjouir d’avoir vu Raphaël Varane renforcer son arrière-garde, il n’a pas encore choisi le nom de celui qui prendra place derrière l’international tricolore, dans le but des Red Devils. Sur la ligne de départ, ils sont deux. Le premier, David De Gea, est le titulaire du poste depuis son arrivée en 2011, mais reste sur une 10e saison décevante, durant laquelle il a justement été titillé par le jeune Dean Henderson. A 24 ans, cet enfant du club a gravi les marches vers l’équipe première une à une, jusqu’à jouer 13 matches de Premier League la saison passée, pour pousser son aîné sur le banc… avant de lui laisser à nouveau la place sur la fin d’exercice. Une situation qui n’a pas été éclaircie depuis, et la bataille des goals devraient bien avoir lieu cet été entre les deux hommes. 

 

Quid de David de Gea ?

 

Un temps, la presse anglaise a évoqué la volonté du club de se débarrasser de David De Gea. Problème, il reste deux ans de contrat à l’Espagnol, qui touche pas moins de 320 000 euros… par semaine. Un contrat XXL qui freine forcément les éventuels clubs intéressés. Alors qu’il s’oriente vers une 11e saison chez les Red Devils, le Madrilène est lui déterminé à se battre pour garder son statut de numéro 1, et est même revenu une semaine plus tôt de vacances pour mieux défendre son bien. Et ce n’est pas les critiques incessantes qui vont le perturber. « Je n’ai pas le souvenir d’un seul joueur de Manchester United qui a été critiqué comme il l’a été, l’a un jour défendu le légendaire Peter Schmeichel. Il a été le sujet de tous les débats dans les médias, et lui ne s’est jamais défendu. Il fait juste avec. » 

 

Dean Henderson, un coup à jouer

 

Dans le camp d’en face, Dean Henderson avance lui aussi ses pions. Débarrassé de sa blessure à la hanche, qui l’a empêché de participer au dernier Euro dans la peau de doublure de Jordan Pickford, le jeune gardien est prêt à combattre. Dans sa besace, des statistiques qui penchent de son côté, malgré une fin de saison un peu plus délicate: MU a remporté 2,46 points par match lorsqu’il jouait l’an passé, contre 1,73 à son concurrent espagnol. De quoi convaincre Ole-Gunnar Solkjaer ? « United a besoin de stabilité, et le coach se doit de prendre une décision et de l’annoncer clairement, croit savoir l’ancienne légende du club, Paul Parker, dans les colonnes du Manchester Evening News. Il ne doit pas juste mettre quelqu’un dans le but pour voir. Il doit le dire clairement, que tout le monde soit au courant. » Le message est passé. 


>