Premier League : Tottenham éteint City



Vous l'attendiez forcément. Une nouvelle itération du duel entre José Mourinho et Pep Guardiola. Depuis leurs années au Real Madrid et au FC Barcelone, respectivement, l’actuel coach de Tottenham et celui de Manchester City ont cultivé la rivalité de bord de terrain la plus célèbre. Pragmatisme, contre dogmatisme, truculence contre sobriété, le spectacle en conférence de presse contre le spectacle sur le rectangle vert. Ce samedi, en Premier League, les deux hommes se retrouvaient pour en découdre après une trêve internationale chargée. Et dès la 5e minute, c'est l'équipe du Special One, pardon, de The Experienced One, qui trouvait la faille sur une inspiration signée Ndombele. Le Français trouvait Son suite à un coup franc rapidement joué dans le camp des Spurs et 'Sonaldo' ajustait Ederson pour le 1-0. Solides et solidaires derrière, vifs dès dès qu'il récupéraient le ballon, les Londoniens étaient tout simplement mieux en place et menaient au repos grâce à une courte avance acquise sur leur seul tir cadré du premier acte.

Les locaux étaient d'ailleurs tellement bien organisés qu'ils allaient doubler la mise dans second acte. Peu après l'heure de jeu et sur une remontée de balle signée Harry Kane, l'ancien parisien Lo Celso était décalé sur la gauche et réussissait une frappe du gauche qui allait faire mouche. À ce moment du match, Tottenham avait réussi 3 tirs dont 2 cadrés et culminait à 26% de possession de balle face aux 15 frappes, et aux 74% de possession des Citizens. Des Citizens qui menaient d'ailleurs 8 corners à rien, mais qui avaient énormément de mal à concrétiser leurs offensives dans le jeu comme sur phase arrêtée. Manchester City tentait même de s'appuyer sur ses individualités face au collectif bien huilé de Mourinho, un comble. Et le score restait inaltéré jusqu'au bout (2-0). Tottenham s'offre accessoirement la première place provisoire du classement. Mais ce soir, ce n'était pas Tottenham contre Manchester City, c'était Mourinho contre Guardiola. Et cette fois, c'est Mourinho qui a gagné.