Premier League : Manchester United engrange



Les joueurs et l'entraîneur de Manchester United se sont succédés cette semaine dans les médias et en salle de presse pour relayer le même message à l'unisson : continuer à gagner et à y croire tant que ce sera mathématiquement possible. Deuxième au classement avec 11 points de retard sur Manchester City au général, United voulait aussi gagner par réflexe et par principe face à Burnley, à l'occasion de cette 32e journée de Premier League. Mais le 17e du championnat anglais ne voulait pas non plus jouer les figurants à Old Trafford. Pour preuve, après une minute de jeu, Chris Wood devançait Henderson pour ouvrir le score, mais sa réalisation était refusée pour une position de hors-jeu de l'attaquant des visiteurs.

Le ton était néanmoins donné et les Red Devils n'allaient pas connaître une promenade de santé face au mal classé. Paul Pogba (10'), Bruno Fernandes (14'), Marcus Rashford (29') et Mason Greenwood (38') avaient tous échoué dans leurs offensives lors du premier acte, le dernier cité manquant de marquer d'une frappe taclée à un mètre des cages vides, alors que le Français voyait sa reprise de la tête écartée du soupirail droit par Bailey Peacock-Farrell, le gardien de Burnley.

Rien n'avait donc été inscrit à la pause. Mais le tableau de marque allait être altéré très tôt dans le second acte. Dès la 48e minute, United ouvrait le score par Greenwood, qui profitait d'un centre puissant de Rashford que Fernandes avait laissé passer pour reprendre victorieusement du gauche. Mais Burnley allait égaliser deux minutes plus tard grâce à Tarkowski suite à un corner. Vers l’heure de jeu, Peacock-Farrell captait une frappe signée Rashford. Le salut allait venir de Greenwood à six minutes de la fin. Le jeune prodige des Red Devils s'offrait une frappe du gauche létale suite à un bon décalage de Pogba. Cavani allait ensuite sceller le destin de la rencontre avec un but en toute fin de match. 3-1, score final et Manchester United continue de ne rien lâcher.

>