Premier League (J17) : Manchester City écrase Arsenal

Manchester City n’a même pas forcé. Le match étant plié à la mi-temps, les Citizens ont tranquillement géré leur avance de trois buts au retour des vestiaires pour s’imposer sur la pelouse d’Arsenal ce dimanche (0-3). Au coup de sifflet final, pas d’effusion de joie chez un Pep Guardiola presque désolé et pas de bronca dans un Emirates Stadium déjà quasi vide. C’est dire le renoncement des Gunners, dont l’embellie entrevue dans le derby contre West Ham la semaine passée (1-3) n’a pas trouvé de prolongement. Les Londoniens se retrouvent 9emes et, malgré la qualification pour les 16emes de finale de la Ligue Europa dans la semaine, n’ont gagné qu’un seul de leurs 12 derniers matchs toutes compétitions confondues. L’effet Freddie Ljungberg, qui a succédé à Unai Emery au poste de manager, se fait toujours attendre.

De Bruyne privé du triplé par Leno


Arsenal n’a tout simplement pas existé dans cette rencontre face à un City pourtant moins souverain en championnat, à l’image de cette défaite dans le derby contre United le week-end dernier (1-2). Replacé dans un rôle d’électron libre derrière les attaquants, Kevin de Bruyne a écœuré les Gunners en 40 minutes. Il a ouvert le score d’une frappe pas facile sous la barre (0-1, 2eme) avant d’offrir le but du break sur un plateau à Raheem Sterling (0-2, 15eme). C’est encore l’international belge qui a déposé sa frappe enroulée dans le petit filet de Bernd Leno (0-3, 40eme). Le gardien d’Arsenal a privé De Bruyne d’un triplé, peu avant la mi-temps. Et Arsenal dans tout ça ? Encéphalogramme plat. Alexandre Lacazette est resté sur le banc au contrat d’un Mattéo Guendouzi et d’un Nicolas Pépé titulaires. Désabusé plus qu’en colère, le public a seulement conspué Mesut Özil, dont la sortie en marchant à l’heure de jeu était la goutte de trop. Mais Arsenal s’est visiblement habitué à la médiocrité. Ce qui n’augure rien de bon pour la suite de la saison.