Premier League : Gabriel Jesus, recrutement canon des Gunners

Reuters

Que le temps a dû être long pour le natif de Sao Paulo ! D'abord dans l'ombre de la légende de Manchester City Kun Agüero, éclipsé par les éclosions de Raheem Sterling puis de Phil Foden, exilé sur l'aile droite ou sur le banc... Gabriel Jesus a rarement eu le beau rôle en attaque chez les "Skyblues", malgré son indéniable talent. Son avenir à City risquait fort de s'assombrir encore avec le transfert tonitruant du serial-buteur Erling Haaland, à qui la place d'attaquant star semblait réservée. 

Arsenal a flairé le bon coup et cassé sa tirelire cet été pour s'attacher les services du Brésilien de 25 ans, contre une cinquantaine de millions d'euros. Sans concurrent en pointe avec le retour du Français Alexandre Lacazette à Lyon, Jesus, numéro 9 complet et fan de Thierry Henry, a enfin les clefs offensives d'une grande équipe de Premier League. Ce changement de décor est aussi l'occasion pour lui de reprendre la lumière en vue de la Coupe du monde au Qatar cet automne. Car le nouveau Gunner se dispute une place de titulaire en équipe nationale avec Richarlison, autre grosse recrue estivale en Angleterre du côté de Tottenham. Jesus n'a pas tardé à prendre ses marques avec Arsenal: quatre buts en autant de matches de préparation, un triplé lors de l'Emirates Cup face au FC Séville et surtout une énorme débauche d'énergie devant... Les supporters ont été rapidement séduits.

"Un immense talent"

Son appétit pour le but a également été salué par l'entraîneur, Mikel Arteta. "C'est un immense talent avec une mentalité contagieuse et il va nous apporter beaucoup (...) Le rôle que +Gabi+ a ici va être très différent du rôle qu'il avait dans son ancien club", a-t-il assuré en conférence de presse avant la reprise du Championnat. "C'était un poste que l'on surveillait depuis longtemps et nous sommes parvenus à attirer un joueur que nous voulions tous", avait auparavant expliqué le technicien espagnol au moment de la signature de Jesus début juillet. Le club londonien a en effet bien du mal à remplacer Pierre-Emerick Aubameyang, dernier Gunner a avoir inscrit plus de 20 réalisations en Championnat. C'était en 2019/20.

Alexandre Lacazette et Nicolas Pépé, acheté pour 80 millions d'euros en 2019, n'ont jamais répondu aux attentes, si bien que le leader offensif d'Arsenal la saison passée était le jeune ailier Bukayo Saka, auteur de 11 buts. Insuffisant pour un club du "Big Six". C'est maintenant à Jesus, enfin à son poste de prédilection, de mener l'attaque. Le Brésilien n'a pas marqué pour ses débuts en Premier League sous ses nouvelles couleurs vendredi dernier, mais il a semé la panique dans la défense de Crystal Palace. Rapide, dribbleur agile, bon de la tête et présent au pressing, Mikel Arteta l'a qualifié de "facteur peur" après le match. "Il ne reste jamais immobile, il est toujours en mouvement (...) pour les défenseurs, c'est difficile de jouer contre lui".

L'ancien de City a déjà montré une belle complémentarité avec l'un des "trois Gabriel" d'Arsenal, son compatriote Gabriel Martinelli, qui officie sur l'aile gauche. Sa complicité avec le meneur de jeu Martin Odegaard a aussi fait vivre un cauchemar aux hommes de Patrick Vieira. Surtout, Jesus dispose d'une panoplie que ne possédaient ni Alexandre Lacazette, moins rapide, ni Pierre-Emerick Aubameyang, plus à l'aise en profondeur que pour fixer le ballon et pas vraiment impliqué au pressing. De quoi coller au système prôné par Mikel Arteta, entre jeu de possession et récupérations hautes.

Samedi, lors de la 2e journée de Premier League, Gabriel Jesus passera son premier vrai test à domicile contre le Leicester de Wesley Fofana, 8e du dernier Championnat. Il devra notamment faire parler sa grande mobilité face à une défense à trois pour, peut-être, marquer son premier but officiel à l'Emirates.


>