Premier League : Attendu, Arsenal va se tester à Leicester

Cette semaine aurait pu mal se passer du côté de Londres et du club Rouge et Blanc. Sur une bonne dynamique jusqu'alors avec cinq victoires en six matchs (toutes compétitions confondues dont une qualification en coupe contre Leicester), Arsenal s'est d'un coup, mis en danger tout seul. Comme à son habitude. La défaite, la semaine dernière, contre Manchester City (0-1) avait commencé à raviver les vieux adages et confirmer qu'Arsenal n'y arrive jamais contre les gros, un peu plus de quinze jours après s'être incliné à Anfield en championnat contre Liverpool.

En parallèle, la publication de la liste des Gunners sélectionnés par le coach Mikel Arteta pour la Ligue Europa puis pour la Premier League, avait fait naître une polémique dont les dirigeants du club londonien se seraient bien passés, surtout concernant un joueur qu'ils ne considèrent plus comme tel : Mesut Özil. Sa mise à l'écart conjuguée à ses propos entourant le club, la mascotte ou encore le coach Mikel Arteta n'ont pas cessé de faire parler, chacun prenant ou non, le parti de l'Allemand. Toute cette agitation n'a fait que renforcer l'idée selon laquelle la formation Rouge et Blanche ne peut jamais être tranquille, d'autant qu'elle a entamé, depuis une semaine déjà, une série de 8 matchs importants.


La victoire en C3 a fait du bien

Fragilisé par les petites tensions internes dans un club qui, décidément, aime à se faire du mal, Arsenal se présentait jeudi, dans la capitale autrichienne face au Rapid Vienne pour y lancer sa campagne 2020/2021 de la Ligue Europa. Supérieurs sur le papier, les Londoniens ont affiché en début de première période, un triste visage en 4-3-3. Sans Pierre-Emeric Aubameyang, laissé sur le banc par Mikel Arteta mais avec Thomas Partey, la dernière recrue d'Arsenal, les Gunners ont mis beaucoup de temps à mettre le pied sur le ballon et à prendre la mesure de leur adversaire jusqu'à même être menés sur un but de Foúntas (51'). Vexés, les joueurs d'Arteta ont ensuite pris l'ascendant grâce aux entrées fracassantes de Bellerin et de l'ancien joueur de Dortmund pour s'imposer (1-2).

Le coach ne s'est pas caché après le match : « On savait que cela allait être un match difficile. On a pris des mauvaises décisions et on a fini par encaisser un but. Mais c'est de ma faute car les joueurs n'ont fait que ce que je leur ai demandé de faire. En seconde période, on a mieux utilisé les espaces pour attaquer et on a joué avec plus de détermination. Au final, on a marqué deux buts dont le dernier est fantastique. On est ravis de commencer cette compétition par une victoire.


Ne pas se relâcher

La victoire des Gunners, acquise dans la difficulté, ne doit pas occulter tout le travail qu'il reste à accomplir, d'autant qu'une série de matchs importants est toujours à négocier. Et cela commence dès ce dimanche soir face à Leicester, un adversaire rencontré le 23 septembre dernier (victoire 2-0 d'Arsenal en coupe). Positionnés juste devant les Canonniers au classement en championnat, les hommes de Brendan Rodgers semblent plus sereins. Ils ont, eux, très bien géré leur rencontre de Ligue Europa (3-0 contre Zoria Luhansk) par exemple... Les Foxes devraient également pouvoir compter sur le retour de Jamie Vardy qui était absent lors des deux derniers matchs de son équipe à cause d'une blessure au mollet.

Leicester reste sur deux défaites consécutives en championnat mais pourra compter sur les autres retours d'Islam Slimani et Demarai Gray pour affronter Arsenal. Du côté des Gunners, on est toujours privé de Martinelli, Mari et Holding. Une fois le rendez-vous face aux Foxes négocié à l'Emirates Stadium, les coéquipiers d'Alexandre Lacazette enchaineront par les réceptions en C3 de Dundalk (Irlande) et Molde (Norvège) entrecoupées d'un rendez-vous important à Old Trafford contre Manchester United avant de conclure, le 7 novembre prochain, par la réception d'Aston Villa, surprenant troisième de Premier League. Les Gunners y verront sans doute plus clair en termes d'objectifs à partir de la mi-novembre à condition de bien négocier cette série importante.