Mourinho sous le feu des critiques en Angleterre

Reuters

Quelques minutes après la lourde défaite de son équipe de Tottenham sur la pelouse du RB Leipzig (3-0), en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions (aller 0-1), l’entraîneur portugais avait estimé que cette sèche élimination était "probablement une bonne chose" pour le finaliste de la dernière édition… Du Mourinho dans le texte, même s’il assurait avoir changé, et mis de l’eau dans son vin, quand il a pris en main les Spurs le 20 novembre dernier.

Et s’il a d’abord réussi à redresser, un peu, le club nord-londonien, 12e de Premier League quand Mauricio Pochettino a été débarqué, et à enchaîner, par séquences, les bons résultats, avec en point d’orgue un succès contre Manchester City début février (2-0), cela n’a pas duré. Avec, avant la suspension de la saison en raison de la crise sanitaire, une série de 6 matchs sans victoire, et une 8e place au classement, à 7 points du 4e. Après 26 matchs, Mourinho affiche d’ailleurs le pire bilan de sa carrière d’entraîneur (42,3% de victoires).

Critiqué par le maire de Londres

Avant cette série catastrophique, le "Mou" avait pourtant plutôt bonne presse. On louait sa gestion du cas des mécontents du vestiaire, Christian Eriksen et Danny Rose, respectivement envoyés à l’Inter et à Newcastle, le fait qu’il arrive à s’en sortir sans Harry Kane, indisponible depuis début janvier, qu’il ait réussit à relancer Dele Alli et, aussi, bien fait de choisir Steven Bergwijn au mercato. Mais ses vieilles habitudes n’ont pas tardé à réapparaître. Comme lorsqu’il a écopé d’un carton jaune pour être entré dans la zone technique de Southampton, avant d’insulter un des membres du staff des Saints… Et le jeu pratiqué par sa nouvelle équipe, aussi éliminée des deux coupes nationales, est loin d’emballer les foules.

Sa relation avec Tanguy Ndombélé a aussi beaucoup fait parler. Après avoir publiquement rabroué le milieu de terrain français à plusieurs reprises, il l’avait d’ailleurs convoqué pour une séance axée sur la psychologie dans un parc londonien en pleine pandémie… Une séance à laquelle se sont joints Ryan Sessegnon et Davinson Sanchez, venus faire un footing en voisins, et qui a déclenché une énorme polémique. S'il a récemment été défendu par l'ancien Parisien Lucas, Mourinho a surtout été sérieusement critiqué par son club et par le maire de Londres, pour ne pas avoir respecté les règles de distanciation sociale. Ou comment, même quand le football est à l’arrêt, le "Special One" parvient à faire parler de lui négativement…

>