Manchester United croit toujours en Martial

Reuters
Si on lui avait dit il y a cinq ans, Anthony Martial se serait peut-être pincé pour y croire : le vrai cadre offensif de Manchester United, c'est bien lui. Entre les gardiens et les défenseurs, cinq joueurs sont au club depuis plus longtemps que lui (David De Gea, Sergio Romero, Phil Jones, Marcos Rojo et Luke Shaw), mais au niveau des milieux et des attaquants, seul Juan Mata affiche une année de plus chez les Red Devils. Et contrairement à l'Espagnol, l'ancien Monégasque n'a pas un temps de jeu en dents de scie. A 24 ans, un jeune âge qu'on a parfois tendance à oublier tant Anthony Martial fait partie du paysage, il a même encore tout l'avenir devant lui.

Mais quelle est la vérité concernant l'attaquant français ? Celle du début du mois de décembre, quand il avait marché (et marqué) sur Manchester City à l'Etihad (1-2) ? Ou celle de Liverpool dimanche soir, à Anfield (2-0), qui lui a valu les critiques acerbes des glorieux anciens ? « Il n'est pas assez bon pour MU », estime carrément Roy Keane pour Sky Sports. Son compatriote Patrice Evra vient lui planter le dernier coup de couteau dans le dos : « Quand on est attaquant à Manchester United, il ne faut pas manquer ce genre d'occasion. » En cause, surtout, une opportunité d'égalisation gâchée à l'heure de jeu. Avec la blessure de Rashford, « Toto », qui a récupéré cet été le n°9, aura désormais encore plus de responsabilités.

Sous Ole Gunnar Solskjaer, les Mancuniens ont gagné 60% de leurs matchs en Premier League lorsque Anthony Martial était titulaire, contre seulement 33% quand ce n'était pas le cas. Dès 2018, il devenait le joueur du club le plus impliqué sur des buts (avec les passes décisives) depuis son arrivée trois ans plus tôt. Cette saison, après une blessure à la cuisse qui l'a stoppé deux mois, de mi-août à mi-octobre, il a inscrit trois buts en cinq matchs de championnat en décembre. Et après 22 sorties cette saison, il a atteint quatorze implications sur un but (onze buts, trois passes) alors qu'il en avait attendu 38 lors de l'exercice précédent...

« Il aura une énorme carrière, estime Juan Mata. Il est incroyablement talentueux. » Au mois de novembre, son coach, ancien attaquant de renom, se montrait très confiant en conférence de presse : « Il a beaucoup mûri à l'entraînement, je pense qu'on verra son meilleur côté lors des prochaines années. Il ressemble de plus en plus à quelqu'un qui ne pense qu'à marquer, et non plus à faire juste des trucs sur le terrain... » Dans un entretien accordé au site du club, début décembre, l'intéressé ne dit pas autre chose : « Je dois montrer que j'ai évolué. J'ai plus d'expérience, je me sens épanoui. Je veux devenir l'un des meilleurs attaquants de Premier League. » Alors, la pépite est-elle enfin prête à réellement exploser ? On ne redemandera pas son avis à Roy Keane.