Kanté, un homme blessé

N'Golo Kanté vit une saison inhabituellement mouvementée pour lui. L'infatigable milieu français, d'abord, a été touché humainement, escroqué par son ancien agent d'image contre qui il a porté plainte, comme le révélait L'Equipe fin novembre. Y a-t-il un lien avec ces autres pépins, physiques, qui lui ont fait rater quasiment la moitié de la première partie de saison (treize matchs ratés, quinze disputés et un sur le banc) ? L'hypothèse est à prendre en compte, forcément, tant la pression n'était jamais vraiment retombée pour N'Golo Kanté depuis son explosion au plus haut niveau, il y a plus de cinq ans déjà.


D'abord la cheville, de la mi-août jusque début octobre, puis les adducteurs mi-octobre (qui avaient contraint Didier Deschamps à le ménager de justesse en Islande, après l'échauffement), et enfin les ischios il y a deux semaines. Revenu à Newcastle sur une défaite, Frank Lampard n'en a pas moins souligné son match « exceptionnel ». « On sait à quel point il est important pour nous. » Le nouveau coach de Chelsea ne cesse, depuis sa prise de fonctions, de glorifier le champion d'Angleterre 2016, le qualifiant notamment dès le début de saison de « machine » et d'un « des meilleurs milieux de terrain du monde ».

Plus que jamais indiscutable lorsqu'il est disponible, N'Golo Kanté prolonge aussi le travail entamé par Maurizio Sarri, qui l'avait placé plus haut sur le terrain : le Français reste sur quatre buts en 10 matchs de Premier League, soit autant que lors de ses 63 précédents ! Buteur cette saison sur ses quatre premiers tirs cadrés (pour un total désormais porté à 4/6), le poumon des Blues et des Bleus a pu aussi recharger les batteries, enfin ! Et cette période de repos forcé pourrait lui faire le plus grand bien en vue de l'Euro 2020.