Pas de miracle pour Murray à Melbourne

Reuters

C’était il y a trois jours à peine. Devant la presse australienne et internationale ici à Melbourne, Andy Murray confiait sa lassitude face à la douleur, dans l’incapacité de se remettre durablement d’une blessure à la hanche mais déterminé à rallier coûte que coûte Wimbledon cet été pour tirer sa révérence contraint et forcé, à 31 ans. En larmes au moment de cette annonce vibrante, l’ancien n°1 mondial et triple lauréat en majeur savait qu’il s’apprêtait à prendre part à son dernier Open d’Australie. Un tournoi majuscule auquel il a fait ses adieux ce lundi.

Pas gâté lors d’un tirage qui lui avait réservé en tant que 230e joueur à l’ATP la tête de série n°22, Roberto Bautista Agut, récent vainqueur du rendez-vous de Doha, l’Ecossais a été accueilli en héros sur le court, soutenu tout le match durant par un public acquis à sa cause. Une ferveur qui lui a permis de trouver des ressources qu’on imaginait perdues quand, mené deux sets à zéro (6-4, 6-4), l’intéressé s’est mis à rendre coup pour coup à son pugnace adversaire pour le pousser à deux jeux décisifs. A chaque fois dominés avec brio (6-7 [5] et 6-7 [4]).

Ainsi revenu à hauteur et malgré une bonne entame de l'ultime set, Andy Murray a fini par baisser pavillon physiquement, battu en cinq manches et 4h09' (6-2) par un Espagnol qui n’avait encore jamais pris le meilleur sur le Britannique, en trois précédentes confrontations. "Merci pour votre incroyable soutien, j’adore jouer ici, c’est un endroit fabuleux pour jouer au tennis, soufflait non sans émotion après coup le quintuple finaliste malheureux de Melbourne (2010, 2011, 2013, 2015, 2016). Je suis allé au bout de moi-même… Peut-être que je vous reverrai, qui sait ? Je ferai tout ce que je peux pour y parvenir, mais il me faudrait encore une grosse opération qui ne me garantit rien alors… merci à tous !" Reste à savoir si Andy Murray pourra au moins tenir son objectif de participation à Wimbledon. Le chemin aujourd’hui paraît bien long.