Open d’Australie (H) : Nadal est venu à bout d'un Mannarino combatif

Reuters

Adrian Mannarino a tout donné mais son corps n’a pas suivi. Opposé à Rafael Nadal en huitièmes de finale de l’Open d’Australie, le 69eme mondial a tout d’abord su tenir tête pendant une première manche interminable. En effet, durant le douze premiers jeux, il n’y a eu qu’une seule balle de break à signaler et elle a été en faveur d’Adrian Mannarino. Le « Taureau de Manacor » a alors réagi pour tenir son service puis le Français a fait de même pour aller au jeu décisif. C’est un tiebreak XXL qui a alors opposé les deux joueurs car il a fallu 30 points et pas moins de 28 minutes pour départager les deux joueurs.

Si Adrian Mannarino a remporté le premier échange sur le service du Majorquin, c’est bien ce dernier qui a pris l’ascendant mais sans parvenir à convertir ses trois premières balles de set. Alors que le Tricolore en a ensuite eu une première, les deux adversaires se sont répondu coup pour coup mais aucune n’a su faire la différence sur ses trois opportunités de virer en tête. Toutefois, au bout du suspense, c’est bien Rafael Nadal qui a pris l’avantage dans ce huitième de finale.

 

Mannarino n’a pas pu maintenir le rythme


Un jeu décisif dont Adrian Mannarino n’est pas sorti indemne. Visiblement touché à l’aine, le Français n’a pas pu maintenir le niveau de jeu qui lui a permis de faire douter Rafael Nadal. Le natif de Manacor a immédiatement saisi sa chance, prenant le service du Tricolore dès le premier jeu de la deuxième manche. Pas inquiété sur sa mise en jeu le numéro 5 mondial a corsé l’addition dans le cinquième jeu. Combatif malgré tout, Adrian Mannarino a écarté deux premières balles de double break avant de céder.

Sur un jeu blanc, Rafael Nadal a creusé l’écart avant de démarrer fort la troisième manche. Malgré quatre balles de break sauvées dans le premier jeu, le Français a concédé son service avant de profiter d’un rare trou d’air de la part du Majorquin. En effet, sur un jeu blanc, Adrian Mannarino a effacé son break de retard… avant de perdre à nouveau son service dans la foulée. Un double break pour mener quatre jeux à un a mis un terme au suspense. Ne cherchant même pas à renvoyer le dernier service de Rafael Nadal, Adrian Mannarino s’incline (7-6, 6-2, 6-2 en 2h43’) mais aura su donner du fil à retordre au numéro 5 mondial.


>