Open d'Australie (F) : Les joueuses non-vaccinées bienvenues ?

L'édition 2022 de l'Open d'Australie, prévue au mois de janvier prochain, est encore bien loin de débuter, mais elle n'arrête pas de faire parler d'elle, depuis quelques semaines désormais. Surtout en raison des restrictions sanitaires particulièrement strictes au sein du pays d'accueil de ce premier Grand Chelem de l'année, en raison de la pandémie de coronavirus. Selon les dires de certains hauts responsables du pays, ces derniers temps, le prestigieux tournoi de tennis allait être accessible, l'an prochain, aux seuls joueurs et autres joueuses doublement vaccinés contre le Covid-19. Finalement, il pourrait donc en être tout autre.

En effet, la WTA a envoyé, à ses différentes joueuses, un mail, obtenu et publié par un journaliste spécialisé, à savoir le spécialiste du New York Times Ben Rothenberg, qui l'a ensuite partagé via son compte Twitter officiel. Dans celui-ci, l'instance dirigeante du tennis féminin indique que, finalement, les joueuses non-vaccinées pourront bel et bien être présentes à ce fameux Open d'Australie, avec évidemment la quarantaine qui suivrait leur arrivée au sein du pays ainsi que des tests réguliers.


Une décision qui s'appliquerait aussi pour les messieurs


Cette information contredit donc de précédents propos. En effet, il y a seulement quelques jours de cela, le ministre fédéral de l'Immigration, à savoir Alex Hawke, avait alors ainsi notamment déclaré : « Tout visiteur en Australie devra être doublement vacciné. » Par conséquent, les joueurs non vaccinés devaient alors s'attendre, tout simplement, à ne pas obtenir de précieux visas. Finalement, il pourrait donc n'en être rien du tout et ce fameux mail de la WTA vaudrait ainsi également pour les joueurs. Une décision qui devrait alors notamment faire le bonheur du Serbe Novak Djokovic, numéro un mondial. Par le passé, le tenant du titre du côté de Melbourne, qui vise toujours un historique 21eme titre en Grand Chelem, avait alors publiquement pris position contre le vaccin. Encore aujourd'hui, le principal intéressé, qui doutait encore, pas plus tard que la semaine dernière, de sa venue en Australie, refuse toujours de dire s'il est vacciné ou non.

>