Federer prend la porte

Reuters

C'est fini. La belle histoire de Roger Federer à Melbourne, ce come-back victorieux en 2017, la défense de son titre l'an passé. La série de victoires du Suisse à l'Open d'Australie a pris fin un dimanche, et pas celui de la finale. La faute, ou plutôt le mérite, en revient à Stefanos Tsitsipas, vainqueur du n°3 mondial dans une rencontre de quatre sets absolument splendide (6-7 [11], 7-6 [3], 7-5, 7-6 [5] en 3h45) qui permet au Grec de s'offrir son premier quart de finale en Grand Chelem, et surtout son premier grand exploit dans un tournoi majeur, à seulement 20 ans.

Le duel entre les deux hommes, en Hopman Cup, avait donné un avant-goût de ce que serait cette rencontre, avec une victoire de Federer dans un match sans break (7-6, 7-6). Mais il était difficile d'imaginer que le Suisse, avec quatre sets de plus, n'arriverait toujours pas à s'emparer une seule fois du service de Tsitsipas, qui a sauvé pas moins de 12 balles de break tout au long du match, avec un aplomb déconcertant. Jamais Federer, durant toute sa carrière, n'avait terminé "fanny" en se procurant au moins 10 opportunités de breaker.

Le Bâlois a clairement raté le coche dans la deuxième manche, où il aura obtenu huit balles de break, dont quatre balles de set, contre un Tsitsipas qui évoluait alors sur un fil. Jusqu'ici, Federer était un tout petit cran au-dessus, peut-être, même si le premier tie-break s'était joué à la loterie (13-11 !). En laissant filer le jeu décisif suivant (7-3), l'homme aux 20 titres en Grand Chelem s'est mis à douter. Et c'est Tsitsipas, dans le troisième acte, qui aura réalisé le seul break entre les deux hommes en... 72 jeux de service, Hopman Cup incluse.

On s'attarde d'abord sur le Suisse, qui perd avant les demi-finales à Melbourne pour la seconde fois seulement en 15 ans. "Rodgeur" aura réalisé quelques coups assez merveilleux, mais il a donné trop de points en coup droit (55 fautes directes au total, pour 61 coups gagnants). Alors que son adversaire, lui, a rendu une copie extrêmement propre : 62 coups gagnants pour 36 fautes directes, et 48 points remportés sur ses 68 montées au filet. C'est dire si Tsitsipas a pris la rencontre à son compte.

Le Grec, 15e mondial à 20 ans, avait étonné la planète tennis l'été dernier à Toronto, en enchaînant quatre succès sur des Top 10, dont Novak Djokovic, avant de buter sur Rafael Nadal en finale. Cette fois, c'est encore plus fort, vu l'enjeu, vu le contexte, et la manière. "Je ne peux pas décrire ce que je ressens, a-t-il avoué, en larmes, au micro de John McEnroe sur le court. Jouer Federer ici, sur le Central de Melbourne Park, et gagner..." Tsitsipas a utilisé les mots "patience" et "fighting spirit" pour expliquer comment il avait pu tenir son service tout le match, malgré la pression de Federer. On ajoutera panache, et talent.