NFL: Tom Brady ou le come-back le plus rapide de l'histoire

Reuters

"Ces deux derniers mois, j'ai réalisé que ma place est toujours sur le terrain et non dans les tribunes. Ce temps viendra. Mais ce n'est pas maintenant", a écrit sur Twitter le septuple vainqueur du Super Bowl. "J'aime mes coéquipiers, et j'aime ma famille qui me soutient. Sans eux, rien de tout cela n'est possible. Je reviens pour ma 23e saison, à Tampa Bay. Nous avons un travail à finir", a poursuivi Brady, 44 ans, qui n'aura donc pas attendu longtemps pour revenir sur sa décision. 

 

"He's baaackkkk." - "il est revient!!!" - s'est extasiée la franchise des Bucs sur ses réseaux sociaux, l'entraîneur Bruce Arians exprimant pour sa part sa "totale excitation" à l'idée de retrouver son maître à jouer, qui était sorti tête basse des derniers play-offs, éliminé par les Los Angeles Rams, vainqueurs du Super Bowl en février. Un trophée que Brady avait soulevé pour la 7e fois un an plus tôt, couronnant d'un succès aussi immédiat qu'inattendu son aventure floridienne après vingt saisons à dominer la ligue avec les New England Patriots (six sacres en neuf finales).

Des records à améliorer 

Le quarterback - désigné cinq fois "MVP" du Super Bowl et trois fois de la saison régulière - possède des records en pagaille, entre autre celui du nombre de passes de touchdowns réussis (624), de yards parcourus à la passe (84.520) et de victoires en saisons régulières (243). Le voilà déterminé à encore faire mieux, en honorant bien la dernière année de contrat qui le lie aux Buccaneers jusqu'à 2023 et qu'il n'a donc vraisemblablement pas rompu, en dépit de l'annonce de sa retraite. Preuve supplémentaire qu'il se réservait la possibilité d'aller au bout de son souhait, souvent exprimé par le passé: jouer jusqu'à 45 ans. 

Tom Brady n'était pourtant pas destiné à une carrière aussi exceptionnelle à sa sortie du championnat universitaire avec l'université du Michigan. Choisi au sixième tour, comme 199e choix de la draft (repêchage) de NFL par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, ce natif de Californie a ainsi déjoué toutes les attentes quand la plupart des quarterbacks stars de la ligue sont choisis au premier tour, et très souvent en N.1 de la draft. En 22 saisons, il aura tout gagné plusieurs fois et défié par sa longévité les lois d'un sport professionnel destructeur pour les organismes.

Revenir pour regagner 

Contrairement à ce qui semblait devoir s'imposer à cet inoxydable, le compteur ne s'arrêtera finalement pas à 44 ans. Un âge où, convenait-il, la décision de poursuivre ou non sa carrière ne se prenait plus seul, car la famille prime aussi pour le mari de l'ex-mannequin Gisele Bündchen et père de leurs trois enfants. Mais la passion du jeu a été plus forte que tout. Avec une prestance à revenir sur sa décision forcément motivée par l'âge encore et toujours. Car pour réussir un come-back à 45 ans - il les aura en août - avec un début de saison en septembre, sa 23e dans la rugueuse NFL, mieux vaut ne pas laisser le hiatus s'éterniser trop longtemps.

Parmi les plus grands sportifs de l'histoire, rares sont ceux parvenus à revenir au sommet après avoir pris leur retraite. Après un premier triplé avec les Chicago Bulls (1991-1992-1993), Michael Jordan a arrêté le basket pendant un an et demi, avec une courte parenthèse infructueuse dans le baseball, avant de revenir plus fort à 32 ans et de remporter à nouveau trois titres de champion NBA d'affilée (1996-1997-1998). Si les deux sports et les âges diffèrent, le parallèle s'impose tout même. Car Brady ne revient pas que pour le plaisir, mais pour gagner.

 Les Rams éliminent Brady et les Buccaneers :


>