NFL - Power Rankings : Une Fin Hollywoodienne !

beIN SPORTS

Il est maintenant l’heure de se tourner vers Glendale, dans l’Arizona, où aura lieu le prochain Super Bowl. Si l’on en croit la tendance du moment, Est-ce suffisant pour parier sur les Cardinals en février prochain et croire au « jamais deux sans trois » ?

Nous verrons bien. En attendant, l’intersaison NFL ou « Offseason » a débuté. Et pour imaginer qui pourrait faire plus ou moins bonne figure en 2022, qui peut y croire et qui va devoir encore patienter, voici mes Power Rankings (Final Edition), une vision totalement subjective de l’équilibre des forces dans la NFL, avant la Draft du mois d’avril et presque 200 jours avant la reprise.

1 (6)* – LOS ANGELES RAMS (16-5)

Les Rams ont placé tous leurs jetons sur la table et raflé la mise, mais est-ce que la formule du succès instantané a un pouvoir durable ? la tâche sera complexe, d’autant que des joueurs clé risquent de tester le marché. Comment, toutefois, ne pas les envier, eux qui s’occuperont de gérer cette situation en contemplant le trophée Lombardi.

Les Rams s'offrent le Super Bowl à la maison !

2 (3) – KANSAS CITY CHIEFS (14-6) 

Une défaite plus qu’indigeste en finale de l’AFC n’empêchera pas la bande à Mahomes de prétendre à un 2ème titre en 4 ans. Les Chiefs restent la valeur étalon de l’AFC avec 6 titres de division consécutifs, 4 finales de conférence d’affilée et deux participations au grand bal de fin de saison.

3 (5) – BUFFALO BILLS (12-7) 

Les Bills étaient à 13 « infâmes » secondes d’une finale de conférence, à Kansas City, guidés par des playoffs en mode « Rock Star » de Josh Allen et ils partiront de nouveau parmi les grands favoris de l’AFC. Le Quarterback a déjà tourné son esprit vers le Super Bowl qu’il souhaite offrir à sa franchise.

4 (1) – GREEN BAY PACKERS (13-5)

3ème année consécutive à 13 victoires, 1ère place de la NFC et Aaron Rodgers MVP, avant d’agoniser une nouvelle fois en playoffs. Les Frustrations sont immenses et la fenêtre pourrait bien se refermer selon les choix de l’intersaison… Bien entendu, la 4ème place de ce classement est totalement conditionnée à la présence d’Aaron Rodgers.

5 (8) – CINCINNATI BENGALS (13-8) 

Attention à ne pas penser trop vite que ce type de parcours deviendra automatiquement la norme. Les Bengals ont appris à gagner, ils doivent maintenant apprendre à dominer. Ils doivent aussi apprendre à protéger Joe Burrow qui ne tiendra pas bien longtemps en encaissant 70 sacks par saison.

6 (9) – SAN FRANCISCO 49ERS (12-8)

Une saison sur les montagnes russes, pour échouer à quelques longueurs du Super Bowl, les Niners ont montré des trésors d’adaptabilité, de résilience et de génie tactique. Reste à déterminer quelle voie emprunter en 2022, principalement sur le dossier Jimmy Garoppolo / Trey Lance.

7 (4) – TENNESSEE TITANS (12-6)

12 victoires et la 1ère place de l’AFC, malgré une longue absence de Derrick Henry, ont logiquement propulsé Mike Vrabel vers le titre de coach de l’année. Il manquait toutefois l’étincelle, en playoffs, alors qu’ils étaient favoris face aux Bengals. Le constat s’impose : Les Titans n’ont pas trouvé pas leur Joe Burrow

8 (16) – BALTIMORE RAVENS (8-9)

Une « tension hospitalière » sans précédent a totalement fait exploser la saison des Ravens, mais ces grands habitués des playoffs, devraient revenir sans trop de peine, une fois leur effectif d’aplomb. Un sujet brûlant, tout de même : Le contrat de Lamar Jackson qui risque de sérieusement occuper les esprits avant la reprise.

9 (7) – DALLAS COWBOYS (12-6) 

Les Cowboys remporteront encore sûrement la NFC East, mais seront-ils capables de satisfaire leur obsession de victoires en playoffs. La pression est sur le coach Mike McCarthy qui doit enfin trouver la bonne formule pour piloter sa collection de stars.

10 (12) – NEW ENGLAND PATRIOTS (10-8)

Digérée l’absence des playoffs en 2020, les Patriots ont vite renoué avec le succès et sont passés tout près de souffler la première place de l’AFC East aux Bills de Buffalo. Il est maintenant l’heure de construire une équipe équilibrée autour de Mac Jones, très prometteur dans son année rookie.

11 (11) – LAS VEGAS RAIDERS (10-8)

Josh McDaniels a suggéré que Derek Carr avait l’étoffe d’un franchise Quarterback et l’une des missions prioritaires du nouveau boss sera de verrouiller la position. Malgré les malheurs rencontrés en 2021, les Raiders ont montré beaucoup de caractère et devraient se mêler à la discussion des outsiders à la reprise.

12 (15) – LOS ANGELES CHARGERS (9-8)

Les Chargers ont mis dans le mille avec Justin Herbert. Ils ont désormais pour défi d’accompagner l’immense potentiel de leur jeune Quarterback. Une défense digne de ce nom et un coaching moins fantasque seraient un bon départ. Leur absence des playoffs demeure l’un des faits les plus choquants de la saison 2021.

13 (10) – ARIZONA CARDINALS (11-7)

Longtemps parmi les leaders de la NFC, les Cardinals ont terminé la saison régulière sur les jantes, avant d’exploser face aux Rams en playoffs. Pire encore, on a commencé à se pointer du doigt au vestiaire. De gros doutes planent sur le leadership d’une équipe à fort potentiel.

14 (13) – PHILADELPHIA EAGLES (9-9) 

Aidés par un calendrier favorable, les Eagles ont réussi leur transition en atteignant les playoffs. Le GM Howie Roseman doit maintenant profiter de 10 choix de Draft, dont 3 premiers tours, pour construire une équipe capable d’aborder les plus gros adversaires.

15 (2) – TAMPA BAY BUCCANEERS (14-5)

Un être vous manque et tout est dépeuplé. Surtout quand l’être en question s’avère être le GOAT. Quel successeur pour Tom Brady ? S’ils trouvent la bonne réponse, la somme de talents présents dans leur effectif est sans aucun doute source d’optimisme.

L'hommage émouvant des Buccaneers pour Brady

16 (18) – INDIANAPOLIS COLTS (9-8)

Si l’on retire la partie centrale, la saison des Colts a débuté comme un fiasco et s’est achevé comme un fiasco. Les Colts se demandent encore comment tout a déraillé, malgré la saison de Jonathan Taylor et la présence de stars comme Deforest Buckner ou Darius Leonard. Et ne me dites pas que tout est de la faute de Carson Wentz.

17 (21) – SEATTLE SEAHWKS (7-10)

Russell Wilson laisse entendre qu’il veut rester. D’un autre côté, les Seahawks pourraient s’offrir une pelleté de tours de Draft en l’échangeant. Des choix stratégiques majeurs se présentent et Il s’agira de choisir entre se renforcer autour de Wilson et repartir à zéro. Sans oublier que la NFC West est l’une des divisions les plus féroces de la NFL.

18 (19) – MIAMI DOLPHINS (9-8)

Démis de ses fonctions avec pertes et fracas, Brian Flores cède le poste de Head Coach à Mike McDaniel, considéré comme l’un des grands gourous offensifs de la ligue. Il hérite d’un effectif à trous, notamment sur la ligne offensive et au poste de Running Back, mais dispose d’une très grande flexibilité salariale.   `

19 (22) – DENVER BRONCOS (7-10)

En recrutant Nathaniel Hackett (Offensive Coord. Des Packers), les Broncos espèrent doper leur créativité offensive. Quid du poste de Quarterback ? Question principale dans une équipe par ailleurs très bien pourvue.  

20 (14) – PITTSBURGH STEELERS (9-8-1)

En 15 ans à la tête du club, Mike Tomlin n’a jamais connu le moindre bilan négatif. Reste à savoir si ce modèle de régularité survivra à l’après Big Ben Roethlisberger, dans une poule où les Bengals ont pris une nouvelle dimension et où les Ravens vont revenir en force.

21 (17) – NEW ORLEANS SAINTS (9-8)

La retraite de Drew Brees la saison passée, suivie de la révérence de Sean Payton cette année et soudain, l’une des franchises les plus régulières depuis plus de quinze ans se retrouve obligée de tout repenser. Une des premières grandes décisions concernera Jameis Winston, qui reviendra d’une opération du genou.  

22 (23) – MINNESOTA VIKINGS (8-9)

Nommé Head Coach après la destitution de Mike Zimmer, Kevin O’Connell pourra appuyer ses plans offensifs sur de talents comme Dalvin Cook, Justin Jefferson ou Adam Thielen, et semble être parti pour conserver Kirk Cousins comme Quarterback.

23 (20) – CLEVELAND BROWNS (8-9)

Entre les nombreuses blessures, le cas Odell Beckham et les doutes pesant sur Baker Mayfield, c’est comme si Kevin Stefanski devait nettoyer sa maison après le passage d’un typhon. Sans améliorations majeures en 2022, une nouvelle reconstruction pourrait rapidement se dessiner près du lac Erié.

24 (24) – WASHINGTON COMMANDERS (7-10)

Une nouvelle ère dans la capitale, un nouveau nom. Les Commanders ont maintenant besoin d’un nouveau Quarterback et sont prêts à offrir Chase Young dans un trade. Il faudra aussi comprendre les raisons des manquements défensifs. Ron Rivera a du pain dur la planche.

25 (25) – ATLANTA FALCONS (7-10)

Malgré une montagne de questions et des chiffres préoccupants, en attaque comme en défense, lorsqu’on considère l’état de la NFC South, les Falcons ont presque de quoi s’estimer favoris de leur division.

26 (26) – CHICAGO BEARS (6-11)

Matt Eberflus remplace Matt Nagy et aura comme principal challenge de Développer Justin Fields. Une fois de plus le succès des Bears passera par leur défense, secteur fort de l’équipe.

27 (32) – NEW YORK GIANTS (4-13)

Nouveau Head Coach, Brian Daboll. Nouveau Coordinateur défensif, Don Martindale. Nouveau GM, Joe Schoen. Même question, comment maximiser le potentiel de Daniel Jones ? Les G-Men espèrent que Daboll aura le même type d’impact sur leur QB de 4ème année, qu’il n’a pu en avoir sur Josh Allen à Buffalo.

28 (27) – CAROLINA PANTHERS (5-12)

Depuis la signature de son gigantesque contrat, Christian McCaffrey a manqué 23 de ses 33 derniers matchs avec les Panthers. Où va-t-on avec la figure de la franchise ?

29 (29) – NEW YORK JETS (4-13)

Les progrès en 2022 seront étroitement liés à la capacité de Zach Wilson d’avancer comme un numéro 2 de la draft et non comme un joueur au talent limité, qui reste l’image projetée par le Quarterback dans sa première année.

30 (30) – DETROIT LIONS (3-13-1)

Si ce n’est quelques rares exploits, Les lions édentés ont terminé la saison, 25èmes en termes de points marqués et 31èmes en terme de points encaissés. La révolution n’est pas pour demain.

31 (31) – JACKSONVILLE JAGUARS (3-14)

Doug Pederson a conduit les Eagles au Super Bowl. Il tentera de sauver les Jaguars du naufrage orchestré par Urban Meyer et de faire en sorte que Trevor Lawrence ne devienne pas le flop de la Draft 2020.

32 (28) – HOUSTON TEXANS (4-13)

Lovie Smith est promu Head Coach d’une franchise qui traine comme un boulet celui qui fut considéré comme l’une des figures de la NFL. Difficile d’imaginer un futur pour cette franchise tant que durera la telenovela Deshaun Watson.

* dernier ranking attribué en fin de saison régulière


>