Russell Westbrook « prêt à tout » pour être utile aux Lakers

Panoramic

Partira ? Partira pas ? Malgré les nombreuses rumeurs de transfert qui ont rythmé son été, Russell Westbrook est toujours un membre des Lakers. Sans que l’on sache vraiment pour combien de temps encore, alors que les Californiens ont recruté Patrick Beverley et Dennis Schroder sur le même poste de meneur de jeu.

Malgré cette situation inconfortable, l’ancien MVP assure ne pas avoir « besoin » d’être désiré. « J’ai juste besoin de faire mon boulot. Qu’on veuille de moi ou pas, ce n’est pas vraiment important. Je pense que le plus important, c’est de faire son boulot et je vais me comporter comme je l’ai toujours fait : en étant professionnel et en me défonçant sur le terrain », affiche l’ancien coéquipier de Kevin Durant au Thunder.

Sa déclaration intervient alors que le nouveau coach de l’équipe, Darvin Ham, n’exclut pas de l’utiliser comme remplaçant. La situation serait inédite pour lui mais l’intéressé se dit « prêt à faire tout ce qu’il faut pour que cette équipe gagne ». Il ajoute : « Il y a tellement d’optimisme sur le fait d’être très bons, et selon moi, sur les moyens pour Anthony (Davis), LeBron (James) et moi d’être inarrêtables. »

Des critiques dures à gérer

Cela n’a pas été le cas la saison passée, pour diverses raisons dont les blessures des uns et des autres. Les résultats de l’équipe ne décollant pas, le meneur a dû encaisser beaucoup de critiques en raison de son niveau de jeu.

« Il y a eu des moments où je voulais mieux jouer, où j’aurais dû mieux jouer, mais ma confiance ne faiblit jamais. Les mauvais matchs font partie de la NBA, et je le comprends. La seule chose que cela a affecté selon moi, c’est l’impact que cela a eu sur les personnes les plus proches de moi – ma mère, mon père, ma femme, mon frère, mes amis proches. Nous n’avons jamais eu à faire face à cela en tant que famille. C’était la chose la plus difficile – être hué dans la salle et avoir mes enfants sur place », décrit le meneur.

Au joueur de 33 ans donc de prouver qu’il est « loin d’être fini », comme il le dit. Cette année, celui-ci se sent « encore mieux préparé que les années précédentes. C’est ce que j’attends le plus. C’est ce qui me permettra de surmonter toutes les difficultés qui se présenteront à moi. »


>