NBA - Rémi Reverchon : "Pression phénoménale sur Toronto !"

Reuters

Rémi Reverchon, dans NBA Extra jeudi, avec Xavier Vaution et Jacques Monclar, vous sentiez une réaction de Toronto à Philadelphie… Raté !

On sentait ou on sent, je ne sais pas quel temps employer, Toronto tellement fort sur ces Playoffs et un Kawhi Leonard au-dessus du lot. Donc c’était dur d’imaginer une telle trempe sur le Match 3. Après, il ne faut pas tout remettre en cause car ça va vite en Playoffs mais c’est sûr qu’on n’avait pas senti venir l’ampleur de cette défaite, avec une impression d’impuissance face à ces 76ers

Joel Embiid a notamment sorti un match dingue… 

Embiid, c’est un joueur incroyable en général. Maintenant, on aimerait le voir plus souvent comme jeudi soir : c’est-à-dire conquérant, dans le bon état d’esprit et offensif mais sans forcer. Il y a une séquence un peu marrante où on voit même Jimmy Butler le pousser à tirer à 3-points. Embiid a un talent fou mais je suis moins fan de son personnage, un espèce de Shaq 2.0 (Shaquille O’Neal) ou de Dwight Howard 3.0 comme vous voulez, un peu en mode guignol. Ça peut faire marrer pendant l’année mais, pendant les Playoffs, j’aime ce Joel Embiid du Match 3 qui explose par son talent mais pas par toutes les bêtises autour. 

Son attitude ne risque-t-elle pas de motiver encore plus les Raptors pour le Game 4 ?

Après une gifle pareille de toute façon, on peut s’imaginer que les Raptors auront le couteau entre les dents. Maintenant, les 76ers ont montré que c’est une équipe solide, qui joue au basket et qui peut viser très haut cette année : sortir de l’Est et viser une Finale NBA. Avant ces Playoffs, quand on parlait du Top 4 à l’Est, tout le monde croyait un peu aux trois autres équipes pour une finale mais pas vraiment aux 76ers. Là, ils ont tapé du poing sur la table et établit un message clair : les 76ers sont candidats pour une finale NBA.

Le résumé de la claque reçue par les Raptors : 

Ben Simmons était un peu plus discret sur ce match mais on sent qu’une alchimie entre Embiid et Jimmy Butler s’est vraiment créée… 

J’aime beaucoup ce qu’il se passe dans cette équipe. Je suis agréablement surpris de l’attitude de Jimmy Butler qui est vraiment au plus que parfait. Embiid-Simmons, on s’est souvent posé la question de cette connexion. D’après les infos qu’on a, il semblerait que ça ne soit pas les meilleurs amis du monde en dehors du parquet. Mais on se rend qu’on s’en moque : il n’y a pas besoin d’être pote avec quelqu’un pour bien travailler avec. Là, ils le montrent bien. Si je dois faire le difficile, je dirais qu’on attendait un poil plus sur cette série de Tobias Harris qui est le 4ème Fantastique qui se montre un petit peu moins, même s’il a été très bon lors du Match 3. Ben Simmons, je ne suis pas inquiet par le fait qu’il laisse les clés du scoring à Butler et à Embiid, je trouve ça très bien. 

Encore 53 points cumulés pour Kawhi Leonard et Pascal Siakam, mais, derrière les deux, c’est un peu compliqué en ce moment… 

Tout à fait. On a des déceptions individuelles en ce moment du côté de Toronto. Kyle Lowry, ça commence à faire beaucoup. Je veux bien qu’on ait oublié le 0 point du premier match face au Magic au 1er tour. Mais, sur ces Playoffs, c’est encore pas terrible et cela commence à faire beaucoup. Marc Gasol, je suis un peu déçu : pas de lui mais de l’utilisation qu’en fait Nick Nurse, le coach de Toronto. Gasol, c’est un mec qui est censé être une présence intérieure fantastique et il l’a montré suffisamment les années précédentes. Et j’ai l’impression qu’il l’oublie en ce moment. Il a très peu de ballons et je suis très surpris de sa non-utilisation… 

Nick Nurse a resserré la rotation car le banc n’a pas du tout répondu présent ce jeudi avec notamment un Fred VanVlett à 0/7 notamment au tir… 

Le banc, c’est une catastrophe absolue sur ce match. Même un Serge Ibaka est passé au travers… C’est marrant car on reprochait souvent aux 76ers d’avoir un cinq de départ et rien autour. Là, c’est Toronto qui a fait ça. Il y changement de dynamique dans cette série avec une bascule totale de la pression. Si Toronto ne prend pas le prochain match, la série est quasiment terminée ! Il y a une pression phénoménale sur les Raptors. 

Selon vous, que pourrait faire Nick Nurse pour s’ajuster afin de calmer l’armada de Philly ? 

Je ne vais pas lui donner de leçons. Personnellement, l’utilisation de Marc Gasol au poste bas me semble être une obligation pour deux raisons : apporter un peu de variété à l’attaque des Raptors et pour faire travailler Embiid. Même si Embiid ne défend pas souvent sur Gasol, c’est plutôt Tobias Harris : faites travailler vos défenseurs au poste bas ! Il faut aussi que Kyle Lowry se mette en route. C’est plus possible les matchs où il passe au travers comme le dernier. Il doit être un vrai leader, digne de nom. 

Quel sera le dispositif pour le « Sunday Night Live » de dimanche ?

On retrouve un dispositif SNL classique. Cela sera sans doute le dernier de l’année donc on va essayer de faire ça bien (sourire). Audrey Sauret sera avec moi en plateau. On aura Chris Singleton et Xavier Vaution aux commentaires. On prendra l’antenne comme d’habitude vers 21h15 sur beIN SPORTS 1. On va pouvoir parler de cette série en long, en large et en travers. L’avantage d’un SNL en plein Playoffs, c’est qu’au lieu de voir 10 000 résumés de matchs, on va pouvoir basket, de ce qui nous plait et nous plait pas. 

Jacques Monclar : "Embiid sur une autre planète"