NBA - Remi Reverchon : "Houston, le plus grand rival de Golden State"

Reuters

Remi Reverchon, vous commentez cette nuit Rockets-Warriors*. Quels sont les enjeux de ce choc ?
Pour moi, c’est une rencontre hyper importante pour les Rockets car c’est l’occasion d’envoyer un message, un « statement » comme ils disent. Dire qu’en gros : « On est de retour. Cette année, vous pouvez compter sur nous. On peut faire tomber les Warriors et faire mieux que l’année dernière ». Ils sont à la maison, ils marchent bien en ce moment, ça joue bien au basket et ils ont récupéré tout le monde. 

C’est loin d’être le cas de leurs adversaires…
C’est vrai, à l’inverse, les Warriors sont un petit peu plus en galère. La situation de Golden State est étrange : ils sont quand même premiers de la Conférence Ouest mais ils laissent moins cette impression de domination qu’on avait par le passé. Eux veulent jouer la carte et je veux bien l’entendre du « on a le temps de se mettre en place, il n’y a pas d’inquiétude, il n’y a rien. » En analysant un peu le truc, on a le droit de se poser la question : « Est-ce que les Warriors seront forcément champions cette année ? ». Autant l’année dernière, on ne se la posait pas la question : on savait que les Warriors étaient supérieurs. Autant cette année, la question elle existe

beINSIDE USA : "La chute des Warriors, on y croit ?"


Houston a l’occasion de « sweeper » sur la saison régulière Golden State pour la première fois depuis 2009-10. Est-ce seulement anecdotique ?
Pour moi, les séries en saison, c’est presque un gadget. J’ai l’impression que ça ne veut pas dire grand-chose. Par contre, ce match-là veut dire quelque chose car tu te rapproches de la fin de saison. Les équipes ne sont jamais les mêmes au mois de novembre et au mois d’avril. C’est pour ça que les séries en saison, je ne les prends pas en compte. Mais voir Houston s’accrocher aux places de 2 et 3 à l’Ouest, moi ça me plaît car, en termes de tableau, ça veut dire que tu ne peux jouer les Warriors qu’en finale de Conf’. Alors que s’ils restaient 4 ou 5 comme c’était le cas avant, c’était un 2ème tour de Playoffs et ça m’embêtait un peu car, même si j’ai une petite affinité pour les Nuggets et que j’aime bien ce que fait le Thunder, je pense sincèrement que c’est Houston le plus grand « contender » aujourd’hui des Warriors. Et dans toute la NBA, Conférence Est compris. 

Reverchon : « Harden a progressé en défense »

Seul Kevin Durant, déjà annoncé forfait, va manquer à l’appel cette nuit. Cela sera vraiment un avant-goût des Playoffs… 
Bien sûr, surtout du côté des Rockets qui ont eu tellement d’absences cette saison, de problèmes divers et variés. D’une, ils retrouvent tout le monde et, de deux, c’est quand même le principal : ils retrouvent leur basket. On a passé les trois premiers mois de la saison à dire que Trevor Ariza allait leur manquer etc… On se rend compte que non : ils ont comblé les départs. Ils ont retrouvé en PJ Tucker un mec qui fait le « taf » que faisait certainement Ariza avant. Ils ont retrouvé le Clint Capela qu’ils avaient l’an dernier. Ils ont même fait éclore des mecs qui sont capables de retrouver du temps de jeu, le meilleur exemple étant clairement Kenneth Faried. Même Nene aujourd’hui est capable d’apporter des trucs. C’est un match peut-être plus important qu’il n’y paraît. J’espère juste un truc : que Steve Kerr ne va pas faire une croix dessus et en profiter pour mettre un mec au repos en plus de « KD ». 

Sur ses 5 derniers matchs, Houston a limité ses adversaires à 97,8 points. La défense semble enfin au rendez-vous… 
C’est dingue parce que cette équipe-là est quand même moquée et symbolisée par James Harden. Sur les réseaux, tu peux trouver mille exemples de fausse défense de sa part. Finalement, cela peut paraître bête, et je sais que les gens qui ne regardent pas beaucoup les matchs peuvent trouver ça plus drôle qu’autre chose, mais Harden a progressé en défense. C’est assez dingue à cet âge-là et après avoir été nommé MVP. Pour regarder suffisamment de matchs de Houston, en défense sur l’homme, en un-contre-un, il a progressé. Je trouve que loin du ballon, c’est toujours compliqué : il a des oublis et le positionnement au rebond n’est pas toujours efficace, comme ses aides défensives. Mais sur l’homme, il a vraiment progressé et cela se ressent aussi dans les moyennes de points encaissés en ce moment. 

Du côté des Warriors, ce cinq majeur qu’on annonçait dantesque, est-il vraiment bien « huilé » ?
Je ne sais pas trop quoi en penser. Les Warriors minimisent le truc : j’ai l’impression qu’il y a un petit souci Draymond Green. Lui qui était  un peu l’âme de l’équipe par le passé l’est moins. Il « ouvre moins sa gueule » et il est moins présent statistiquement. Il nous avait habitués à faire presque des triple-doubles à chaque fois et, maintenant, combien de fois il termine des matchs à 4 points et 6 rebonds ? Ça n’est pas suffisant. En revanche, je ne pense pas qu’on puisse reprocher quoi que ce soit à DeMarcus Cousins. Son intégration se fait proprement. Mais il y a un petit souci Draymond Green, ça n’est pas un souci collectif mais il n’est pas à son niveau habituel et c’est un gros manque pour Golden State.

* Rendez-vous à 2h30 sur beIN SPORTS 1 avec les commentaires de Remi Reverchon et Chris Singleton. 

draymond

 


>