NBA : John Wall, un leader dans l'attente

Reuters

Deuxième meilleur marqueur de la NBA, Bradley Beal est le nouveau héros de Washington. A lui tout seul, il a permis d'entretenir l'espoir d'une qualification pour les Playoffs avant la suspension de la saison. Neuvièmes, les Wizards ont réalisé une campagne honorable. Et l'an prochain, ils vont pouvoir viser plus haut. John Wall n'a jamais été aussi proche de faire son retour sur les parquets. Absent depuis décembre 2018 à cause d'une rupture du tendon d'Achille, il a retrouvé le chemin de l'entraînement.

Si un retour pour une fin de saison retardée n'est pas envisagé, le meneur pourra revenir à son meilleur niveau afin de ramener la franchise de la capitale fédérale encore plus haut la saison prochaine. Car le vrai leader des Wizards, c'est bien lui. Malgré les blessures, le joueur de 29 ans est le franchise player d'une équipe qu'il a ramené en Playoffs à quatre reprises sur les six dernières saisons. Un miracle pour une formation qui n'avait gagné qu'une seule série en post-season entre 1982 et 2013.

« Ils n’ont même pas encore eu le meilleur John Wall »

Et si son importance a pu être oubliée, le quintuple All-star veut la rappeler. Déjà cité dans la course pour le titre de meilleur meneur de la Ligue, mais jamais honoré, John Wall annonce qu'il va revenir encore plus fort. « Je serai meilleur que je ne l’étais avant, c’est ce qui fait peur. J’ai été All-Star cinq fois avec des excroissances osseuses au genou et au talon. Les gens ne savent pas ça. Ils n’ont même pas encore eu le meilleur John Wall, juste un aperçu. » a-t-il annoncé dans le podcast All The Smoke. Une annonce qui doit en réjouir plus d'un du côté de la Capital One Arena.

Car John Wall est un joueur aussi efficace que spectaculaire. Le vainqueur du Slam Dunk Contest 2014 a déjà terminé trois saisons avec un double-double de moyenne. Parmi ces trois années, une incroyable campagne 2016-2017 conclue avec 23,1 points, 10,7 passes décisives et 2 interceptions par match. Un rendement qui avait permis aux Wizards d'entamer les Playoffs avec l'avantage du terrain. Une première depuis 1979. L'impact de John Wall dans l'histoire de la franchise qui l'a drafté en 2010 avec le premier choix est énorme. Les espoirs restés vains aussi. Mais désormais sorti grandi de ses blessures et accompagné de Bradley Beal, John Wall va pouvoir répondre à toutes les attentes.


>