NBA : James-Iguodala, comme un air de déjà-vu

La match 1 de la finale NBA entre les Los Angeles Lakers et le Miami Heat approche à grands pas. En effet, il aura lieu dans la nuit de mercredi à jeudi à 3h00 (heure française). Une opposition historique à plus d'un titre. Ce duel sera également l'occasion de revoir, face à face, LeBron James (35 ans), qui retrouve la finale après neuf participations consécutives aux phases finales puis une absence totale de play-offs l'an passé, et Andre Iguodala. Ce ne sera pas la première fois que les deux hommes se retrouveront, l'un contre l'autre, à ce même stade de la compétition, mais bien la cinquième, en tout. Les quatre précédents affrontements ont eu lieu entre 2015 et 2018, quand l'un était donc chez les Warriors et l'autre évidemment chez les Cavaliers.

Sixième finale consécutive pour Iguodala

Cette année, ils ont tous les deux changé de maillot, puisque James se retrouve désormais affublé de celui des Lakers, tandis qu'Iguodala porte donc celui du Heat. Ce dernier, ailier âgé aujourd'hui de 36 ans, va connaître une sixième finale NBA consécutive, après cinq disputées avec la tunique des Golden State Warriors. Avec trois titres de champion NBA à son actif, en 2015, 2017 et 2018, Andre Iguodala a également été élu MVP de la finale en 2015. L'année suivante, soit en 2016, LeBron James, quadruple MVP (2009, 2010, 2012 et 2013), avait alors plus que marqué les esprits, avec un « contre » face à ce même joueur. Cette année, les deux hommes se font donc encore face, une nouvelle fois.


Avantage LeBron James ?

Mais cette fois, le contexte pourrait bel et bien être totalement différent. Si LeBron James, sacré en 2012 et 2013 avec le Miami Heat, puis en 2016 avec les Cleveland Cavaliers, paraît être dans une forme incroyable, il n'en est pas de même pour Andre Iguodala, bien plus en retrait depuis son arrivée chez le Heat, le 5 février dernier, en provenance des Memphis Grizzlies. En effet, cette année avec le Heat, l'ailier a tourné, en moyenne, à 4,6 points, 3,7 rebonds et 2,4 passes décisives, bien loin, par exemple, de ses 19,9 points, 5,4 rebonds et 4,8 passes décisives de moyenne, lors de la saison 2007-08, avec les Philadelphia 76ers.