NBA : James Harden, un départ devenu inévitable

Reuters

Houston est allé jusqu'à échanger Russell Westbrook contre John Wall pour convaincre James Harden de rester mais ça pourrait ne pas suffire. Adrian Wojnarowski avait expliqué que cet échange de joueurs all-star avait été monté pour satisfaire les préférences du meilleur marqueur des trois dernières saisons NBA. En vain. Le franchise player des Rockets ne s'est toujours pas présenté à l'entraînement. Une attitude qui ne laisse aucun doute sur les volontés de départ de l'arrière. Cela fait quelques semaines que le MVP de la saison 2018 veut partir.

Déçu du manque d'efforts de sa franchise pour aller chercher le titre, James Harden aurait fait part de sa volonté de signer dans une équipe capable de remporter une bague. Ce souhait aurait été renforcé par les changements qui ont eu lieu à la direction et dans le staff des Rockets pendant l'inter-saison. The Beard n'aurait pas apprécié le départ de Daryl Morey, le GM dont il est très proche, à Philadelphie, et encore moins la nomination de Stephen Silas au poste d'entraîneur. Ce dernier découvre le rôle de coach principal avec un dossier dont il se serait bien passé. Et il essaye de s'en sortir comme il peut. « James Harden n'est pas là et il a une raison mais il n'y a que lui qui peut la révéler » a tenté le quadragénaire pour justifier l'absence de son leader offensif à la reprise de l'entraînement.

Houston sait ce qu'il lui faut en cas de départ d'Harden

Entre l'anniversaire d'un rappeur à Las Vegas et la volonté de partir du Texas, les raisons de l'absence du joueur de 31 ans sont en réalité multiples. Si certaines indiscrétions annoncent que James Harden a fait son retour à Houston, les fans des Rockets ne doivent pas se réjouir trop vite. D'abord parce qu'avec le protocole sanitaire, l'arrière ne fera pas son retour à l'entraînement avant la semaine prochaine, ensuite parce qu'un départ est toujours possible d'autant plus qu'il n'a que très peu échanger avec son nouveau coach.

Malgré un contrat qui court jusqu'en 2022, le natif de Los Angeles pourrait être envoyé ailleurs si sa direction trouve une monnaie d'échange qui lui convient : un jeune talent en devenir, des tours de draft et des vétérans pour entamer la reconstruction. Ce dernier recours pourrait devenir nécessaire si le bras de fer s'éternise. James Harden pourrait alors obtenir gain de cause et exporter sa capacité à scorer du côté de Philadelphie, Brooklyn ou ailleurs. Peut-être un mal pour un bien pour des Rockets qui ont récemment fait l'acquisition d'un meneur qui aime autant avoir le ballon que son arrière actuel.


>