NBA [J-3] La gueule de bois pour les Raptors ?

beIN SPORTS

Car Toronto doit se remettre du départ de Kawhi 
 

« Une part de Kawhi voulait rester à Toronto. Il a gagné dans cette ville, il a mis l’un des plus grands tirs de l’histoire, les fans, la parade incroyable. Je connais Kawhi, je sais qu’il a pensé à ces choses. S’il voulait rentrer à la maison, alors il allait rentrer à la maison ». Grand architecte de la première bague de champion de Toronto, Masai Ujiri a été contraint de reconnaître l’inéluctable : Kawhi Leonard a préféré à 28 ans retourner dans son Los Angeles natal plutôt que de poursuivre l’aventure dans le Grand Nord. Très utile lors de l’incroyable saison des Raptors, Danny Green a lui aussi rejoint L.A. mais chez les voisins des Lakers. Pour la 2ème saison sur le banc de Nick Nurse, c’est un défi d’un autre genre qui l’attend, celui de conserver le momentum d’une équipe qui a perdu sa star, sans démotiver le groupe si les défaites s’enchaînent. Cependant, Toronto n’a pas non plus tout perdu… 

Car OG Anunoby a beaucoup à prouver
 

Parmi les joueurs très attendus pour ce remix du « Jour d’après », Ogugua « OG » Anunoby aura son mot à dire. Le départ de Kawhi lui offre une place de starter à l’aile malgré l’arrivée de Stanley Johnson, en quête d’un nouveau départ au Canada. Excellent défenseur, l’ailier de 22 ans ne reste pourtant pas sur une belle saison avec une stagnation nette par rapport à sa saison rookie (7 points à 45,3% au tir et un 58,1% à vite corriger aux lancers francs). Régulièrement blessé, Anunoby n’a pas trouvé la bonne cadence pour afficher ses qualités de « 3-and-D » sur l’aile. Mais le potentiel est là et les fans des Raptors attendent de lui une 3ème saison de folie. D’autant plus qu’il aura à côté de lui le modèle parfait : un Pascal Siakam qui a littéralement explosé l’an passé. 

Car Kyle Lowry a un nouveau statut
 

Le « chokeur » de Toronto n’est plus à l’affiche : il est désormais impossible de se moquer de Kyle Lowry ! Critiqué (à juste titre) pour sa tendance à se liquéfier en Playoffs, le meneur de 33 ans a été plus efficace lors des 4 tours qui ont mené son équipe au sacre qu’en saison régulière : 15 points (à 44% au tir et 35,9% à 3-points) contre 14,2 points (à 41,1 et 34,7%). Et si Fred VanVleet a mis aussi des gros shoots, l’ancien Rocket n’a pas été en reste ! Cet été, Lowry a rempilé pour une saison de plus à 31 millions de dollars. Une façon de le récompenser pour Masai Ujiri mais pas seulement. Toujours espiègle, le GM nigérian sait très bien que son vétéran au poste 1 aura plus de valeur pour un trade s’il a un contrat qui court une saison de plus… Autant dire que s’il sent son équipe incapable de défendre son titre de champion, Ujiri devrait l’utiliser comme premier piston, au même titres que deux autres trentenaires : Marc Gasol et Serge Ibaka. 


Qui va remplacer Kawhi Leonard au scoring ?  
 

L’image du buzzer beater le plus improbable de l’année de Kawhi Leonard face aux 76ers n’est pas prête de s’effacer de la mémoire des fans de Toronto (et de Philly malheureusement pour eux). Mais qui va désormais prendre le relais pour inscrire 25 points minimum par match et terminer le travail lors du money time ? C’est indéniable : le départ de Kawhi est une énorme perte dans ce domaine. Pascal Siakam (voir plus bas) apparaît comme le remplaçant désigné mais il n’est pas encore All-Star et doit encore confirmer sa saison de MIP (joueur ayant le plus progressé). Surtout qu’il avait parfois disparu en Playoffs dans les moments clés mais difficile d’exister lorsque vous avez un Leonard à côté. 

Le shoot le plus fou de l'année signé Kawhi : 


Kyle Lowry devra aussi assumer ce rôle de finisseur et retrouver ses stats de scoreur qu’il avait connues en 2015-16 (21,2 points) et l’année suivante (22,4pts). S’ils sont vieillissants, les Espagnols Serge Ibaka et Marc Gasol sont capables de prendre feu à tout moment. Et si la surprise venait de Norman Powell ? Attendu comme titulaire au poste d’arrière, ce bon shooteur longue distance a réalisé une belle pré-saison (18 points à 60% au tir avec 3,5 3-points inscrits). Beaucoup de candidats donc pour assumer le rôle que détenait Kawhi Leonard mais c’est une évidence : lorsque Toronto aura la balle de match à 10 secondes du buzzer, c’est bien Pascal Siakam qui aura la gonfle dans les mains !




Et si Pascal Siakam devenait très vite le franchise player des Raptors ? Une question encore impensable il y a de ça un an ! Personne ne connait encore le plafond du Camerounais, logiquement nommé MIP l’an passé devant D'Angelo Russell et De'Aaron Fox. Nick Nurse, qui a eu un grand rôle dans son incroyable émergence en le titularisant d’entrée la saison passée, est bien conscient du joyau encore à polir qu’il a dans les mains. Alors qu’il envisage à moyen terme de lui donner du temps de jeu au poste de meneur, le coach des Raptors a annoncé attendre de lui qu’il passe de 16,9 à 22 points en moyenne cette année.

Le natif de Douala possède encore certainement LE contrat le plus avantageux de la Ligue puisqu’il touchera 2,3 millions de dollars cette année. Une hérésie qui va bientôt s’achever puisque le n°43 vise un contrat max lors des premiers échanges entamés avec sa direction… Qu’on se le dise : Toronto sera bien l’équipe de Pascal Siakam cette année ! 





Meneurs : Kyle Lowry, Fred VanVleet, Cameron Payne
Arrières : Norman Powell, Patrick McCaw, Terence Davis, Matt Thomas
Ailiers : OG Anunoby, Stanley Johnson, Malcolm Miller
Ailiers forts : Pascal Siakam, Rondae Hollis-Jefferson, Dewan Hernandez
Pivots : Marc Gasol, Serge Ibaka, Chris Boucher

4ème de la conférence Est 

Les Raptors remettent leur titre en jeu dans quelques jours avec un effectif qui a très peu changé finalement mais qui est délesté de leur top player. C’est à Nick Nurse de trouver les solutions pour combler l’absence de Kawhi Leonard. Pascal Siakam sera sous le feu des projecteurs et, si la mayonnaise ne prend pas, cela risque de bouger au Canada d’ici le printemps…