NBA [J-22] Dernière étape avant les Raging Bulls ?

beIN SPORTS

« Préparez-vous ! Chicago est une vraie ville de sport et vous méritez des gagnants. On va essayer de retrouver les jours glorieux des années 1990 lorsque vous étiez gâtés ! » Les mots de Zach LaVine peuvent faire sourire après une saison à 27 victoires… Comme de nombreuses équipes à l’Est, les Bulls poursuivent leur lente reconstruction. Malgré les critiques et son bilan de 110 succès et 136 défaites en trois ans, Fred Hoiberg a prouvé qu’il était capable de pousser son jeune groupe à jouer dur pour lui. La stabilité a également été de mise cet été avec peu de mouvements, si ce n’est l’arrivée très intéressante de Jabari Parker à l’aile (voir plus bas).

Arrivé en fin de contrat, Zach LaVine s’est vu proposer une offre de contrat de Sacramento de 78 M$ sur quatre ans. Une offre « matchée » quasiment instantanément par Chicago qui espère faire de cet explosif arrière un « franchise player ». Quelques cartons au niveau du scoring sont à prévoir pour l’ancien Timberwolve avec le jeu rapide mis en place. A voir s’il parvient à les enchaîner ! Autre motif de satisfaction lors de cette intersaison du côté de Chi-Town : l’arrivée de Wendell Carter Jr., drafté en 7ème position. Valeur sûre de cette cuvée, l’intérieur de 19 ans au caractère bien trempé a déjà fait l’étalage de ses qualités, notamment défensives, lors de la Summer League de Vegas.

Comparé à Al Horford pour sa polyvalence, le rookie de Duke apprendra aux côtés de Robin Lopez et pourrait former rapidement un duo très alléchant avec le deuxième année Lauri Markkanen (voir plus bas). Solide défenseur, Kris Dunn sera lui le meneur titulaire après une première saison intéressante (13,4 points, 6 passes et 2 interceptions en moyenne) avec Cameron Payne en remplaçant. Pour compléter le cinq, Bobby Portis, qui convoite les Playoffs ET le titre de meilleur sixième homme, apportera sa hargne des deux côtés du terrain alors que la progression de Denzel Valentine à l’aile sera à surveiller chez des Bulls qui risquent d’être imprévisibles cette saison. En bien ou en mal…

portis

 

Jacques Monclar : "La fin de la bouillie de basket aux Bulls ?"

 

Jabari Parker a-t-il fait le bon choix ?
 

 

jabari


Certes, Jabari Parker n’avait pas toutes les cartes pour rejoindre sa ville natale mais sa volonté de rejoindre l’Illinois a poussé ses nouveaux dirigeants à lui proposer un contrat de 40 millions d’euros de dollars sur deux ans, avec la deuxième année en option. Un deal qui leur permet d’avoir une certaine latitude l’été prochain. Un été qui risque de regorger d’agents libres de très grande qualité. Malgré quelques atermoiements, les Bucks, qui pouvaient s’aligner sur l’offre, ont décidé de ne pas le faire après avoir accueilli Brook Lopez et prolongé le contrat d’Ersan Ilyasova.

Le pari est grand pour les Bulls qui accueillent tout de même un joueur qui a connu deux ruptures des ligaments croisés sur le même genou (le gauche) lors de ses quatre premières saisons dans la Ligue. Mais s’il parvient à dépasser les 20 points en moyenne comme en 2016-17 (20,1) avec Milwaukee, Chicago aura fait le bon choix. Alors qu’il devrait se régaler sur le jeu en transition, le numéro 2 de la Draft 2014 a une occasion en or de prouver qu’il peut encore devenir un top player. Le tout dans un environnement idéal, sans grande pression de résultats immédiats.

Alors qu’il se dit au top physiquement, l’ailier de 23 ans a évidemment beaucoup travaillé cet été, et notamment aux côtés d’un certain Ray Allen avec qui il s’est entraîné quelques jours. « Il est vraiment bon, humble et il a les pieds sur terre, a confié l’ancien sniper des Celtics. En tant que joueur, il me rappelle Paul Pierce, en plus costaud. Il a un tel potentiel ! » 




Va-t-il exploser ou se calmer après une très bonne première année ? Voilà tout l’enjeu de cette saison pour Lauri Markkanen, usé physiquement lors des dernières semaines après une très longue campagne qui avait commencé en septembre lors de l’Eurobasket avec la Finlande. Cela s’était vu notamment avec son shoot longue distance, l’une de ses spécialités, qui est tombé à 36,2% après avoir été plus haut tout au long de la campagne. Cela n’a pas empêché ce grand poste 4 (2,13m) d’inscrire 2,1 tirs primés en moyenne par match lors d’une saison où ses responsabilités offensives n’ont cessé d’augmenter. Logiquement nommé dans l’équipe type des rookies, le n°24, à l’instar de Frank Ntilikina, a préféré se consacrer à sa franchise cet été plutôt que représenter sa sélection. 

Pour autant, difficile de dire que l’homme aux 15,2 points de moyenne s’est vraiment reposé cet été. « L’objectif n°1 de Lauri cet été a juste été de travailler sur son physique, a indiqué Fred Hoiberg au Chicago Sun-Times. Il n’avait pas eu l’occasion de le faire lors de la précédente intersaison à cause de la Draft et de l’Eurobasket qui l’avaient obligé à arriver tard au camp d’entraînement. » Autres pistes de progression : prendre plus de rebonds (seulement 7,5 en moyenne l’an passé), s’améliorer défensivement et développer son jeu au poste. Un beau programme ! 



Meneurs : Kris Dunn, Cameron Payne, Ryan Arcidiacono, Derrick Walton Jr.

Arrières : Zach LaVine, Justin Holiday, Antonio Blakeney, Antonius Cleveland

Ailiers : Jabari Parker, Denzel Valentine, Chandler Hutchison 

Ailiers forts : Lauri Markkanen, Bobby Portis

Pivots : Robin Lopez, Wendell Carter Jr., Cristiano Felicio, Omer Asik 

12ème de la Conférence Est

Si les Bulls parviennent à remporter leurs « chocs » face aux autres « petites » équipes à l’Est comme la plupart du temps la saison passée (21 succès sur les 27 succès de l’an passé), les Playoffs pourraient être d’actualité. Mais si Zach LaVine et Jabari Parker réalisent une campagne pleine et que les jeunes Taureaux comme Lauri Markkanen ou Wendell Carter Jr. progressent bien, la saison de Chicago sera déjà une petite réussite. En attendant mieux.

bulls