NBA [J-10] Les Baby Hawks ont pris leur envol

beIN SPORTS


Car les Hawks ont changé de visage cet été
 

La batterie du téléphone de Travis Schlenk ne doit plus être en bon état… L’été en Géorgie a été extrêmement agité et le roster des Hawks a été complètement bouleversé. Cela a débuté fin juin avec le départ de Kent Bazemore, qui n’a pas donné la pleine mesure des espoirs placés en lui, en échange d’Evan Turner, qui sera le back-up de Trae Young à la mène. Taurean Prince, lui aussi espoir déchu, est parti contre Allen Crabbe. Solomon Hill, Omari Spellman, Justin Anderson, Dewayne Dedmon ainsi que Miles Plumlee ont aussi quitté ATL qui a notamment récupéré le juteux contrat de Chandler Parsons de 25 millions de dollars en contrepartie. Cependant, la flexibilité financière ne sera pas impactée puisque Parsons, Turner (18,6 M$) et Crabbe (18,5 M$) seront en fin de contrat à l’issue de la saison ! Au rayon des arrivées, on notera la présence du revanchard Jabari Parker qui lui ne touche "que" 6 millions de dollars par an.

Car l’axe Trae Young/John Collins est déjà chaud


Autant le roster des Faucons a été modifié en profondeur, autant le jeu proposé par Lloyd Pierce devrait être le même : à savoir jouer à 100 à l’heure ! Du jeu « up-tempo » où la transition et le tir du parking rapidement dégainé seront à l’honneur. Il faudra pour cela une défense agressive et imperméable, ce qui est loin d’être toujours le cas. En revanche, en attaque placée, le duo Trae Young/John Collins (voir plus bas) devrait à nouveau se régaler, notamment sur pick and roll. Travis Schlenk a déjà annoncé qu’ils joueraient tous deux 35 minutes par match. Après des débuts délicats, le premier cité a prouvé qu’il pouvait être un meneur titulaire de qualité en NBA. Certes les pourcentages sont à améliorer (41,8% au tir et 32,4% de loin), mais, avec 19,1 points et 8,1 assists pour ses grands débuts, le meneur de 21 ans mérite sa 2ème place derrière Luka Doncic, rookie de l’année passée. Young a pris plus de 5 kg cet été et a beaucoup travaillé son jeu en isolation et sa finition au cercle après contact. Ça promet !

Car deux rookies très prometteurs sont arrivés


Histoire de rajeunir encore plus l’équipe, la direction d’Atlanta a opté pour deux rookies à fort potentiel. Avec leur 4ème pick, les Hawks ont opté pour De'Andre Hunter, un ailier qui apportera des qualités défensives non négligeables et qui a déjà conquis ses coéquipiers par sa polyvalence et ses capacités physiques. C’est ce « two-way player », capable de faire aussi des belles choses en attaque, qui sera titulaire au poste 3. L’avenir le dira mais les pensionnaires de la State Farm Arena ont peut-être réussi le « steal » de la dernière Draft en récupérant Cam Reddish avec le 10ème choix. Longtemps annoncé dans le Top 5, le partenaire de Zion Williamson et RJ Barrett à Duke a petit à petit dégringolé de ce classement virtuel. Capable de très bien défendre lui aussi, l’arrière pourrait avoir beaucoup de temps de jeu (aux alentours de 30 minutes), comme l’a confirmé coach Schlenk, mais il partira dans la hiérarchie derrière la gâchette Kevin Huerter, qui était sorti de nulle part l’an passé.
 

Beaucoup trop jeunes ces Aiglons ?
 

Young, 21 ans, Huerter, 21 ans, Hunter, 21 ans, Collins, 22 ans, Len, 26 ans : rarement un cinq de départ a semblé aussi peu expérimenté ! L’un des enjeux de Lloyd Pierce sera donc de trouver la bonne formule avec ses remplaçants car le manque d’expérience sera forcément un problème à un moment ou un autre. C’est dans ce sens que la prolongation de contrat de Vince Carter peut être perçu comme un accomplissement pour le management. Avec tout de même encore 17,5 minutes de jeu l’an passé (pour 7,4 et 2,6 rebonds à la clé et quelques belles perf’), « Vinsanity » est plus qu’un simple vétéran chargé d’encadrer les jeunes. A bientôt 43 ans, l’un des meilleurs dunkeurs de l’histoire va donc disputer sa 22ème saison dans la Ligue, un record All-Time ! De leur côté, même s’ils ne sont vraisemblablement que de passage, Evan Turner, Allen Crabbe voire Chandler Parsons, ne seront pas de trop pour embrasser un rôle de mentor. A voir tout de même si l’alchimie prend entre ces deux classes d’âge : à Lloyd Pierce de jouer !

 

« Pour l’équipe, je vise les Playoffs. Je pense qu’on peut devenir grand. L’année prochaine, en jouant plus de matchs, sans blessure, je pense que j’aurais l’opportunité d’être All-Star ». De passage à Paris fin avril au NBA Crossover, John Collins n’a pas caché ses ambitions avant de se lancer dans un été forcément studieux. Car, après une saison où il a frôlé d’un rien le double-double en moyenne après avoir terminé meilleur scoreur et rebondeur de son équipe, l’ailier fort compte bien lancer une nouvelle mode. « Je veux que les coachs disent de moi : "John peut faire tout ce dont on a besoin : être un facilitateur, un joueur capable de mener le jeu, de contrer des tirs ou de défendre dur". Je veux incarner la nouvelle ère, le nouveau style de grands qui peuvent défendre sur des arrières, prendre des tirs à 3-points, terminer des alley-oops et dunker. Je veux être capable de tout faire. Je ne veux pas avoir de limites dans mon jeu. » A lui de transformer les paroles aux actes mais cela peut faire très mal…




Meneurs : Trae Young, Evan Turner
Arrières : Kevin Huerter, Cam Reddish, Allen Crabbe
Ailiers : De'Andre Hunter, DeAndre Bembry, Chandler Parsons, Vince Carter
Ailiers forts : John Collins, Jabari Parker
Pivots : Alex Len, Bruno Fernando, Damian Jones  

11ème de la Conférence l’Est
 

Le potentiel et la hype sont indéniables. Les jeunes Hawks vont continuer de grandir avec un cinq de départ qui promet beaucoup. Mais le manque d’expérience explique cette 11ème place potentielle même si Atlanta a tout pour devenir l’une des belles surprises de la saison.