NBA [J-1] Mise sur orbite pour les Rockets !

beIN SPORTS

Car James Harden veut récupérer son MVP

Délesté de son trophée par Giannis Antetokopunmpo la saison dernière, The Beard veut reprendre son bien. A maintes reprises, la barbe la plus célèbre du Texas a affiché son ressentiment sur sa deuxième place derrière le Grec, accusant même les médias d’être la raison de sa défaite. « Je pense que les médias ont créé une histoire autour de quelqu’un dès le début de la saison. Ils ont suivi leur scénario et ils s’y sont tenus toute la saison. » Cette pique envers l’ailier des Bucks et les journalistes n’est pas passée inaperçue et le meneur de 30 ans va devoir assumer ses déclarations sur le terrain. Cela promet quelques cartons offensifs de sa part.

Car Houston va jouer plus vite

Depuis plusieurs années et la prise de pouvoir de James Harden, Mike d’Antoni a changé ses plans de jeu. Fini le « run and gun », place à une attaque lente faite d’isolation pour Harden. Formidable joueur de un contre un, le MVP 2018 a sublimé un système très individualiste, qui a montré ses limites en Playoffs. Avec l'arrivée de Russell Westbrook, Houston va mettre l’accent sur la transition. Un changement de cap insufflé par Mike D’Antony qui souhaite utiliser à fond la capacité d’accélération de l’ex-superstar du Thunder. « C’est quelque chose que Mike avait très bien fait lors de sa première année chez nous. Comme nous sommes devenus une équipe d’élite sur demi-terrain, nous avons un peu perdu ce côté-là. Avec une arme comme Russell en transition, on doit l’utiliser » admet le General Manager, Daryl Morey. Les adversaires sont prévenus : les Rockets vont se remettre à courir.

Car Clint Capela progresse énormément

Chaque saison, le Suisse améliore la production statistique. Avec 16.6 points et 12.7 rebonds de moyenne sur le dernier exercice, le bondissant pivot a fait des dégâts dans les raquettes adverses et la campagne à venir devrait être du même acabit. Avec désormais Russell Westbrook, en plus de James Harden, l’intérieur de 25 ans va une nouvelle fois être gavé de ballons et de passes lobées. En Playoffs, le natif de Genève avait fait beaucoup de mal à Rudy Gobert, preuve qu’il est maintenant un pivot dominant dans la peinture.

Westbrook-Harden, ça peut marcher ?

9.5. C’est en cumulé le nombre de ballons perdus par match l’an dernier par le duo. 5 pour Harden, 4.5 pour Westbrook, soit les deux leaders d’un classement peu enviable. Une tare que Houston a aussi subie en présaison, ce qui a donné quelques maux de tête à Mike D’Antony sur la touche. Autre problème, le jeu sans ballon. « Je crois que, l’un comme l’autre, on joue très bien sans ballon » tentait de rassurer le Marsupilami au micro de The Athletic.

Sur le dernier exercice, James Harden était pourtant le joueur à le plus monopoliser le ballon. Westbrook le dixième. Chacun des deux hommes va devoir se (ré)adapter à son compère, et ne pas oublier que le basket se joue à cinq. La tendance de James Harden à garder la gonfle en main fut l’un des motifs de crispation entre Chris Paul et The Beard. Et le caractère de Westbrook n’a rien à envier à celui de CP3…

Comme James Harden, Russell Westbrook va vivre une année charnière dans sa carrière. Comme son partenaire, lui aussi est trentenaire et ses échecs au premier tour de Playoffs avec le Thunder ont alimenté bon nombre de critiques ces trois dernières années. Et l’association de l’explosif meneur avec Paul George a laissé les fans du Thunder sur leur faim puisque après deux ans ensemble, les deux joueurs ont demandé leur transfert. La pression sera donc sur les épaules de RussWest.

Si Houston a effectué quelques changements cet été avec les signatures de Tyson Chandler, Thabo Sefolosha ou Ben McLemore, c’est évidemment le numéro 0 qui doit permettre à Houston de franchir un ultime palier et retourner en Finales NBA, 25 ans après la dernière apparition des Fusées texanes à ce stade de la compétition. Avec Harden, Westbrook a déjà connu les Finales, en 2012. Les deux hommes rééditeront-ils cette performance en juin ?

Meneurs : Russell Westbrook, Austin Rivers

Arrières : James Harden, Ben McLemore, Gerald Green

Ailiers : Eric Gordon, Danuel House Jr, Thabo Sefolosha, Gary Clarke

Ailiers forts : P.J. Tucker, Ryan Anderson

Pivots : Clint Capela, Tyson Chandler, Nene Hilario

2ème de la Conférence Ouest

L’association entre Russell Westbrook et James Harden remplit d’espoir les fans de la franchise. Si la doublette donne sa pleine mesure, il sera très difficile d’empêcher Houston d’atteindre le Graal. Mike D’Antoni, dans sa dernière année de contrat, sait qu’il joue gros sur le banc. A l’orée des 82 matchs de saison régulière, la place sur le trône est vacante à l’Ouest. Et Houston a une bonne tête de futur souverain.