NBA - "Gobzilla" nommé meilleur défenseur de l'année

Reuters

L'an dernier, Rudy Gobert était passé à deux doigts du titre, échouant juste derrière Draymond Green, le joueur de Golden State. Cette saison, malgré une blessure qui l’a éloigné des parquets pendant plusieurs semaines, il a été impérial dans la défense des Jazz : 129 contres au total dans la saison, soit 2,27 de moyenne, et une présence qui a dégoûté les meilleurs marqueurs de la ligue.

Ce trophée, le joueur du Jazz le convoitait depuis longtemps, et il s’est donné les moyens de le conquérir, en prenant petit à petit de l’ampleur dans le championnat américain. Le Tricolore est désormais une tour de contrôle de référence en NBA, et le pilier de sa franchise, où sa présence se ressent et où le nombre de points encaissés peut changer du tout au tout en fonction de sa présence, ou non, sur le parquet. Selon la NBA, le rendement offensif des adversaires d'Utah serait même moindre de 10% lorsque le Français est présent.

"La défense est utile à l’attaque. C’est très rare de gagner le titre sans être une très bonne équipe en défense."

A la remise du trophée, l’ancien joueur de Cholet a eu un mot pour sa maman restée en France, "toujours présente dans les bons et les mauvais moments". Il a ensuite remercié ses coéquipiers en conférence de presse: "C’est un trophée individuel, mais je ne serais pas là sans eux". Gobert a défendu sa vision du jeu: "La défense est utile à l’attaque. C’est très rare de gagner le titre sans être une très bonne équipe en défense. Quand on possède une très bonne défense, on se donne une chance de gagner chaque soir, à domicile comme à l’extérieur".

C’est la deuxième fois qu’un Français est nommé meilleur défenseur de la NBA, après Joakim Noah en 2014.