NBA : Fin de carrière pour J.J Redick

Une page se tourne pour J.J. Redick. A 37 ans et après quinze saisons, l’arrière passé par six franchises NBA a profité d’un épisode de son podcast « The Old Man and the Three » pour confirmer son départ à la retraite après une dernière saison passée sous le maillot des Dallas Mavericks. « Quand j’avais sept ans, je rêvais de jouer à Duke une fois grand. Je rêvais de jouer en NBA. Les 30 dernières années consacrées au basketball sont allées au-delà de mes rêves les plus fous, a déclaré le natif de Cookeville au moment de mettre un terme au suspense. Je n’aurais jamais pu imaginer jouer au basketball aussi longtemps. Après des années de championnats de jeunes, d’AAU, de lycée, quatre ans à Duke et quinze saisons en NBA, je prends ma retraite et quitte le sport que j’aime tant. » Avant de rejoindre les rangs de la prestigieuse ligue nord-américaine, J.J Redick est devenu le recordman de points avec l’université de Duke, inscrivant pas moins de 2 769 points et brillant par sa précision au tir.

Redick : « Je sais qu’il est temps »


Drafté en onzième position par Orlando, J.J Redick a passé ses sept premières saisons sous le maillot de la franchise floridienne. Après une saison avec les Bucks, il s’est installé quatre ans au sein de l’effectif des Clippers. Les Sixers, les Pelicans puis les Mavericks ont également accueilli l’arrière qui a inscrit en moyenne 12,8 points durant ses 940 matchs de saison régulière. Avec pas moins de 1 950 tirs à trois points inscrits en carrière, il est actuellement le quinzième meilleur réalisateur dans l’exercice dans l’histoire de la NBA. Une fin de saison, et donc de carrière, qui restera perturbée par les blessures, avec seulement 44 matchs disputés sous les couleurs les Pelicans puis des Mavericks.

« C’était difficile pour bon nombre de raisons. J’ai été blessé, éloigné de ma famille, il y avait les protocoles liés au coronavirus mais, également, un niveau de jeu qui était loin de mes standards, a confié J.J Redick. Cette dernière saison a été un exercice de sept mois me permettant d’affronter ma propre mortalité sportive, c’était effrayant et déroutant. J’ai désormais une certaine clarté et je sais qu’il est temps. Il est temps pour moi de devenir père, de réfléchir, de faire une pause et de me préparer pour la prochaine étape de ma vie. » Un après-carrière qui s’annonce donc riche.


>