NBA : Embiid fait chuter Boston au TD Garden, nouveau festival de Doncic

Embiid fait chuter Boston au TD Garden

Il ne fallait pas vexer Joel Embiid. Critiqué après ses dernières sorties par Shaquille O'Neal (« 22 points, c’est bien, mais ce n’est pas génial ») et surtout Charles Barkley (« Tu ne joues pas 82 matchs à fond. Mais je sais que quand je jouais contre Karl Malone, Kevin McHale, Larry Bird, les gars qui étaient de grands joueurs à mon poste, j’étais prêt et au max »), le pivot camerounais a livré une réponse cinglante sur le parquet de Boston en signant son meilleur match de la saison (38 points à 12 sur 21 aux tirs et 2 sur 3 à trois points, 13 rebonds et 6 passes) pour faire chuter (115-109) les Celtics au TD Garden, où Kemba Walker (29 points) et ses coéquipiers n'avaient encore jamais perdu cette saison (dix victoires avant la venue des Sixers). Embiid, qui avait reconnu avant ce match qu'il comprenait les critiques de ses glorieux aînés (« Shaq et Charles Barkley ont peut-être raison… Je pense qu’ils ont raison. Je dois être plus agressif. Je dois chercher à imposer ma taille et à dominer. Et je n’ai pas fait ça de la saison »), a prouvé sur le parquet qu'il avait parfaitement reçu le message, et en a fait passer un à son tour, notamment en fin de match, puisqu'il a marqué 16 de ses 38 points dans le dernier quart-temps. Et alors que les locaux étaient revenus à une longueur à trente secondes de la fin, « The Process » a enquillé les lancers (5 sur 6, 12 sur 14 au total) avant de faire barrage à Daniel Theis, monté au dunk. Si le Camerounais souhaitait faire taire ses détracteurs, il ne pouvait pas mieux s'y prendre.

Mexico se lève pour Doncic

Sous le soleil de Mexico, c'est bien connu : on devient fou. Demandez à Luis Mariano ce qu'il en pense. Luka Doncic n'a pas fait injure au célèbre ténor espagnol en flirtant encore avec les étoiles, jeudi soir face à Detroit (122-111) lors d'un match délocalisé dans la capitale mexicaine. Venus pour beaucoup pour voir en vrai ce que donne le petit prodige slovène de 20 ans, les spectateurs de Mexico en ont eu pour leur argent. Parfaitement épaulé par Seth Curry, auteur lui aussi d'un match exceptionnel en sortie de banc (30 points à 11 sur 15 aux tirs dont 6 sur 9 à trois points) et par Kristaps Porzingis (20 points), celui qui n'était encore que rookie l'année dernière a encore rendu une copie folle, avec 41 points (14 sur 24 aux tirs, 6 sur 13 à trois points) qui lui ont permis d'être le meilleur marqueur de la soirée, mais aussi 12 rebonds et 11 passes, avec à la clé un huitième triple-double cette saison pour Doncic, héros de ce nouveau succès des Mavericks et qui n'en finit plus d'accumuler les records. Jeudi soir à Mexico sous les « MVP ! MVP ! » tombés des tribunes, le numéro 11 est ainsi revenu à hauteur de Kevin Durant - quatre matchs également - à la deuxième place du classement des joueurs de moins de 21 ans ayant marqué 40 points ou plus dans leur carrière. Mexico lui tire son sombrero.

Cleveland fait coup double

Coup double pour les Cavs sur le parquet de l'AT&T Center. Incapable de l'emporter à San Antonio depuis près de cinq ans et en quête d'une victoire depuis huit match, Cleveland a fait d'une pierre deux coups jeudi soir en refroidissant (117-109 ap) des Spurs qui avaient pourtant une occasion rêvée à domicile face à l'avant-dernier de la Conférence Est de faire un beau rapproché avec le Top 8 à l'Ouest. Les Texans peuvent nourrir d'autant plus de regrets qu'après avoir très mal débuté le match (28-19 pour les Cavaliers dans le premier quart-temps), ils se sont parfaitement repris, et ont même mené de six points à trois minutes de la fin du temps réglementaire, puis encore de cinq à vingt secondes du buzzer. Kevin Love, auteur face aux Spurs de l'une de ses plus belles prestations de la saison (30 points, 17 rebonds) est alors sorti de sa boîte pour arracher la prolongation alors que DeMar DeRozan (21 points) laissait, lui, passer le shoot de la gagne ensuite. Inarrêtable, Love a encore fait des siennes (11 sur 24 aux tirs, 4 sur 9 de loin) dans cette prolongation débutée tambour battant par son équipe (5-0). San Antonio et LaMarcus Aldridge n'ont pas renoncé (18 points, 10 rebonds), mais le dernier mot est revenu à ces Cavs qui restaient sur huit défaites. Love, Love, Love...



NBA - SAISON REGULIERE
Jeudi 12 Decembre 2019
Boston Celtics - Philadelphia 76ers : 109-115
>>> Vincent Poirier (BOS) n'a pas joué

San Antonio Spurs - Cleveland Cavaliers : 109-117
Detroit Pistons - Dallas Mavericks : 111-122
Denver Nuggets - Portland Trail Blazers : 114-99