NBA - Ce que doit faire Phoenix pour espérer recoller

Reuters

On va le préciser d’emblée. Avant le Game 6 des Finales NBA, la situation ne penche franchement pas en faveur des Suns. Les débuts avaient été idéaux (2-0), l’Arizona fanfaronnait, l’on se prenait à rêver d’un premier sacre à Phoenix… Tout ça, c’était avant la bascule opérée par Milwaukee, première franchise depuis les Mavericks face au Heat en 2006 à renverser la vapeur pour mener 3-2 avant le sixième affrontement. Les Bucks ont désormais statistiquement 8 chances sur 10 d’offrir un petit frère au titre 1971.

Les hommes de Mike Budenholzer ont en plus l’avantage du terrain après leur succès à Phoenix lors du match 5, premier succès à l’extérieur des Finales 2021. Tout parait au beau fixe pour conclure devant les fans transis des Bucks. Menés pour la deuxième fois seulement des playoffs cette année, depuis le 2-1 en faveur des Lakers au premier tour, les Suns continuent d’y croire pourtant. Après le revers face à LA, ils avaient enchaîné neuf succès de rang…

Ayton et Paul doivent en faire davantage, comme les seconds rôles

« J'aime bien cette situation. Tout s'est inversé. On est l'équipe désespérée maintenant. On a été devant, on a eu notre chance de finir la série et maintenant, on se retrouve dans leur position. Ça rend tout cela un peu plus excitant », a lancé Deandre Ayton, visiblement très remonté. Jusque-là assez costaud (15,2 points, 13,2 rebonds en moyenne) dans ces Finales, il devra tenter d’en faire un peu plus pour espérer recoller et emmener les Suns dans un Game 7 qu’ils disputeraient à la maison. Il faudra aussi compter à nouveau sur un Devin Booker de feu, lui qui reste sur deux sorties consécutives à 40 points ou plus (42 et 40).



Autre membre du Big 3 des Suns, Chris Paul devra, lui, hausser son niveau. Il avait magnifiquement débuté avec un premier match au top avant de quelque peu fléchir, même s’il a réalisé un gros dernier quart-temps samedi dernier. CP3, peut-être touché à une main, doit en montrer davantage et compter sur des seconds rôles plus consistants. En l’absence de Dario Saric, blessé et out, Mikal Bridges et Jae Crowder (13 et 11 points de moyenne) ont fait le boulot sans flamber non plus, comme Cameron Payne (6,8 pts) et Cameron Johnson (9,6 pts) en sortie de banc.

Essayer encore de bloquer Giannis

S’ils doivent afficher de meilleures perf individuelles, les Suns devront également tenter d’enrayer la belle machine adverse. Giannis Antetokounmpo va une nouvelle fois se dresser devant eux, le défi - exigeant et évidemment très relevé -, de le bloquer va se représenter. Chaud, chaud… En soif de sacre, le Grec carbure (32,2 points, 13 rebonds, 5,6 passes, 1,4 interception, 1,2 contre) dans les Finales et veut rafler sa première bague de champion, alors que le duo formé par Jrue Holiday et Khris Middleton brille. Après le gros match 3 du trio, Middleton a continué à flamber au match 4 (40 points), Holiday se taillant la part du lion à l’occasion de la dernière rencontre en date.

Monty Williams : « On peut y arriver »

Et puis, après deux premiers revers, les seconds couteaux des Bucks se sont révélés à la hauteur de l’événement. Pour recoller, Phoenix, qui n’avait perdu qu’une fois cette saison trois matchs de suite (en janvier), peut s’appuyer sur sa force hors de ses bases. C’est la meilleure formation à l’extérieur cette saison (24-12). Monty Williams y croit. « Il faut qu'on gagne encore un match pour les remettre dans l'avion. Il nous faudra toute la détermination nécessaire. On peut appeler ça de la dureté mentale ou autre chose mais c'est ce dont on va avoir besoin. C'est la première fois qu'on est dans cette situation et on peut y arriver », a lâché le coach des Suns.

Overtime - Les Suns ont craqué, les Bucks y sont presque : 


>