NBA : Boston, parole à la défense !

Reuters

Ni Bucks ni Raptors. Cette Finale de la Conférence Est est une surprise pour beaucoup de monde, y compris peut-être pour les fans des Celtics et du Heat. Ce sera d’ailleurs la première fois que le numéro 1 ou le numéro 2 de l’Est sera absent à ce stade de la compétition (depuis que les Playoffs se jouent à 16 équipes). Respectivement 3e et 5e de la saison régulière, Boston et Miami ont chacun des arguments à faire valoir dans cette opposition et c’est avant tout en défense que les deux formations se distinguent. En particulier les Celtics.

 

Cette affiche Boston-Miami regroupe tout simplement les deux meilleures défenses des Playoffs. Avec 102.4 pts encaissés/match (sur 100 possessions), les C’s sont leaders dans ce domine et ont élevé leur intensité défensive à un très haut niveau pendant cette post-season. Philadelphie, pas assez armé pour lutter avec l’absence de Ben Simmons, en a logiquement fait les frais (4-0). Toronto s’est ensuite cassé les dents, comme les 76ers, face à l’énergie et la détermination d’une Green Army qui aura rarement aussi bien portée son nom. Hormis le revers en double prolongation du game 6, les Verts ont encaissé plus de 100 points à une seule reprise (104 - game 3), limitant quatre fois les Canadiens sous la barre des 100 unités.

Smart, leader par l’exemple

Avec un cinq composé de Kemba Walker, Marcus Smart, Jayson Tatum, Jaylen Brown et Daniel Theis, difficile d’identifier de vraies faiblesses dans l’escouade des Celtics. Sur ces Playoffs, les hommes de Brad Stevens sont ceux qui autorisent l’adresses générale la plus faible à leur adversaires (40.5%) mais aussi à trois-pts (30.5%). Un résultat obtenu par la polyvalence des extérieurs de Boston puisque Smart, Tatum et Brown sont capables de défendre chacun sur au moins trois postes différents. L’arrière a d’ailleurs été nommé pour la seconde année de rang dans le meilleur cinq défensif de la Ligue, signe qu’en plus d’être respecté par ses adversaires, il l’est aussi par les médias.

Décisif dans le game 7 contre Toronto avec son contre sur Norman Powell, Marcus Smart est l’âme de la défense de Boston. Un soldat celte qui se voit lui-même comme « le meilleur défenseur de la Ligue ». Une confiance en soi qui déteint sur ses partenaires, à l’image de Jayson Tatum, devenu cette saison un joueur très difficile à déborder en un-contre-un. Face aux shooteurs extérieurs du Heat (Tyler Herro, Duncan Robinson, Goran Dragic, Jae Crowder), les Celtics vont faire face à la plus forte opposition offensive qu’ils aient eu à affronter dans ces Playoffs. Une Finale NBA, cela se mérite !

Marcus Smart

 


>