NBA : Boston, attention danger !

Reuters

Le succès tient parfois à un fil. Dans le sport de haut niveau en général, et en NBA encore plus. Les Golden State Warriors et leur fin de dynastie annoncée en savent quelques choses. En quelques matchs, les Dubs sont passés d’un potentiel « three-peat » à une année de transition avec les graves blessures, coup sur coup, de Kevin Durant et de Klay Thomspon. Dans le Massachussetts, ce n’est pas vraiment l’infirmerie qui est à blâmer. Mais le patron de la franchise, Danny Ainge, voit un chantier s’avancer à lui. Et il va falloir un miracle pour que Boston s’en tire sans dommage.

 

Le fiasco Irving

C’est une quasi certitude : Kyrie Irving ne prolongera pas son bail avec Boston. Un terrible coup de massue sur la tête des C’s, puisque le meneur avait annoncé en début de saison dernière son intention de continuer l’aventure au TD Garden à l'issue de son contrat. Sans possibilité de retour en arrière, les Celtics vont donc perdre l’un des talents naturels les plus électrisants de la Ligue et sans aucun doute l’un des joueurs les plus clutchs des parquets actuels. Sans contrepartie. Pas le leader d’équipe espéré, ni le joueur providentiel de la franchise, mais quand même.

Délestée du contrat d’Uncle Drew, la tête pensante des Verts, Danny Ainge, va pouvoir prolonger sans sourciller les deux suppléants d’Irving sur la ligne arrière, Marcus Smart et Terry Rozier. Pas des stars mais des joueurs plus en adéquation avec l’état d’esprit requis par le coach Brad Stevens. Un duo qui avait permis lors des Playoffs 2018 de hisser Boston jusqu’en Finales de Conférence, quand Kyrie Irving, blessé, regardait ses partenaires depuis les tribunes. En attendant un remplaçant plus clinquant ?

Kyrie Irving

 

Hayward, autre échec

La carrière de Gordon Hayward chez les Celtics aura peut-être tenu moins de six minutes. 5 minutes et 15 secondes pour être précis. Car depuis sa grave blessure à la jambe lors de son premier match l’an passé, Gordon Hayward est devenu un boulet pour la franchise aux 17 titres NBA. Un boulet financier d’une part, avec son contrat de 127 millions de dollars sur 4 ans. Sur la saison écoulée, l’ancien du Jazz émergeait à 31 millions de dollars, soit le sixième salaire de la Ligue. Devant Damian Lilliard, Paul George ou Kyle Lowry.

Un boulet sportif ensuite, puisque l’ailier (11.5 pts/m en 26 min) n’a malheureusement jamais retrouvé le niveau qui avait fait de lui un All-Star à Utah. Presque deux ans après sa signature, le recrutement de Gordon Hayward est un échec. Celui qui devait faire passer un cap à Boston (au même titre que Kyrie Irving) n’est à 29 ans qu’un joueur de banc pas assez régulier pour être une valeur sûre de l’effectif de Brad Stevens.

Gordon Hayward

 

Horford, le calice jusqu’à la lie

Capitaine naturel du navire Celtic, Al Horford vient de décliner la dernière année de son contrat, une player option de 30 M$. Dans le Massachussetts, on priait fort pour que ce soit une simple manœuvre salariale permettant au pivot de prolonger au TD Garden sur plusieurs saisons, pour 60 M€ sur 3 ans par exemple. Mais les derniers échos de la presse américaine ne vont pas dans ce sens-là et l’ex-intérieur d’Atlanta réfléchirait en fait à s’engager ailleurs.

Sur le marché de la free agency, nul doute que son profil va plaire à de nombreuses franchises, qui n’hésiteront pas lui offrir des émoluments conséquents. Reste la possibilité pour Boston d’effectuer un « sign and trade » avec le quintuple All-Star et ainsi faire affaire avec Houston dans le but de récupérer Clint Capela. Certainement la moins mauvaise des options en cas de départ du Dominicain.

Al Horford

 

L’été s’annonce bouillant dans la franchise du trèfle et c’est l’avenir à moyen terme des Celtics qui se jouera ces prochaines semaines. Alors que Golden State vient de laisser tomber sa couronne, Boston ne ressemble en rien à une des formations à même de s’installer sur le trône de la NBA. Les décisions futures du big boss Danny Ainge auront un impact déterminant sur les chances de titre des Verts. A l’heure actuelle, c’est avec Jayson Tatum et Jaylen Brown que Boston s’apprête à démarrer un nouveau cycle. Avec l’amer sentiment en bouche d’avoir laissé passer sa chance lors du précédent.