NBA : Allô Houston, Westbrook a un problème

Reuters

De superstar à Oklahoma City à lieutenant de James Harden du côté de Houston, il y a un grand pas que Russell Westbrook a franchi en juillet. Et pour le moment, ce changement de rôle n’est pas une grande réussite pour le Marsupilami. Homme à tout faire du Thunder, le MVP 2017 est devenu dans le Texas un pion supplémentaire dans l’échiquier du coach Mike D’Antoni, dans l’ombre du roi James Harden. Un nouveau statut que le numéro 0 n’a pas de souci à encaisser, mais auquel il ne parvient pas vraiment à s’adapter.

Westbrook moins influent, moins efficace

Sur ce début de campagne, les chiffres, s’ils ne disent pas tout, ne mentent pas : Russell Westbrook est en-dessous de ses moyennes en carrière dans quasiment toutes les catégories statistiques. Points, passes décisives, interceptions, pourcentage au tir, pourcentage à 3-points, adresse aux lancers-francs. Ce n’est pas que Russell Westbrook est devenu un mauvais joueur, simplement qu’il est désormais moins influent. Et un Westbrook sans influence, cela donne un joueur parfois un peu trop brouillon pour être pardonné grâce à ses nombreuses qualités.

Si l’on s’attarde sur les chiffres bruts, oui, Russell Westbrook est encore un homme qui compte dans la Ligue. 21.9 points / 7.8 rebonds / 7.1 passes décisives, ce sont des statistiques dignes d’un très bon All-Star. Sauf que ses 41% au tir et ses 22.9% à 3-pts demeurent extrêmement douteux. Le meneur de jeu, reconverti deuxième arrière avec les Rockets, n’a jamais été un tireur d’élite mais cette saison, la chute d’adresse est significative et inquiétante pour le joueur de 31 ans.

La prédiction d’avant-saison, au moment de son transfert chez les Fusées, est toujours aussi vraie : Westbrook ne peut pas se contenter d’attendre d’être servi par James Harden sur des tirs ouverts. Et surtout, Westbrook a besoin d’être le point névralgique d’une équipe pour s’exprimer avec le maximum d’efficacité. De débuter les systèmes et de lancer le jeu. Sauf que ce poste de chef d’orchestre à Houston est dévolu à James Harden.

Russell Westbrook

 

Harden-Westbrook, le casse-tête de D’Antoni

Pourtant, et c’est ici que les choses se corsent, c’est que Mr Triple-Double touche d’avantage le ballon à Houston que l’an passé à Oklahoma City ! Mais pas dans les mêmes conditions, après le travail de sape et d'isolation de James Harden, donc hors-rythme. Un pourcentage tout juste plus élevé (30.5 contre 30.1) qui offre peu de perspectives positives d’évolution pour les Rockets et Russell Westbrook.

Pour Mike D’Antoni, après 20 matchs de saison régulière, le casse-tête reste entier : comment utiliser au mieux le natif de Long Beach tout en donnant assez de places à James Harden ? Plus simplement : comment faire cohabiter au mieux deux joueurs aussi dominants balle en main ? Pas sûr que la rencontre de cette nuit à Toronto permette d’y voir plus clair (01h40 - beIN SPORTS 1). En attendant, la recette fonctionne et Houston gagne (13v - 7d). Mais il faudra faire mieux si Russell Westbrook et James Harden entendent décrocher leur première bague de champion.