DeMarcus Cousins : « On a une mauvaise perception de moi »

Reuters

« Je demande juste une chance de montrer ma progression, en tant qu’homme et en tant que joueur. » Tel est ce que réclame DeMarcus Cousins qui, à quelques jours de la reprise de la saison NBA, est toujours à la recherche d’un club. 

On ne pourra reprocher à l’intéressé, qui commence à être habitué à ce genre de précarité, de manquer de lucidité par rapport à sa situation actuelle et à ses comportements passés. 

« Ai-je fait des erreurs ? Absolument. Ai-je fait certaines choses comme il ne fallait pas ? Absolument. Je m’en excuse. Mais j’ai fait davantage de choses comme il fallait et j’ai fait encore plus de choses positives par rapport aux points négatifs. Je ne veux pas que ces points positifs soient négligés », a-t-il réclamé. 

« Boogie » a l’impression d’être toujours victime de sa réputation née à ses débuts dans la ligue à Sacramento, à sa relation tumultueuse avec son coach George Karl, à ses excès de colère envers les arbitres ou les journalistes…

Un cancer dans un vestiaire ?

« Je pense qu’on a une mauvaise perception de moi, comme quoi je serais un monstre colérique qui ne fait qu’intimider les gens, les frapper, qui ne peut pas être coaché et qui est un cancer dans un vestiaire », poursuit celui qui a connu des passages avec beaucoup moins de vagues à Los Angeles, Golden State et à Denver. 

Mais selon lui, « tout ça est faux. J’ai joué pour coach John Calipari, un coach légendaire. J’étais plus que facile à coacher. Steve Kerr pourrait en témoigner, ainsi que coach Malone. Évidemment, vous pouvez toujours revenir à mon passage à Sacramento. J’étais jeune. Je découvrais encore ce métier. J’ignorais beaucoup de choses. J’ai géré beaucoup de choses de manière incorrecte, mais j’ai aussi appris de ces erreurs. » 

Encore aujourd’hui collectionneur de fautes techniques patenté, il est prêt à tout pour revenir. « Quel que soit le rôle qu’on me donne, je le ferai volontiers et au mieux de mes capacités. Évidemment, en tant que compétiteur, je veux toujours atteindre les étoiles, mais je vais faire ce qu’on me demande. Que ce soit débuter, sortir du banc ou être au bout du banc pour encourager un gars devant moi, je le ferai. Tout ce qu’il faut. Je suis prêt à faire tout ce qui est nécessaire pour gagner », promet le joueur.   


>