Yannick Agnel, poursuivi pour viol sur mineure, "reconnaît la matérialité des faits"

Panoramic

Yannick Agnel a affirmé ne pas avoir eu "le sentiment qu'il y (avait) eu contrainte", a précisé lors d'une conférence de presse Edwige Roux-Morizot. "En ce qui concerne les faits de viol, il a pour certains d’entre eux un problème de souvenirs" même si ces souvenirs pourraient "très bien revenir ensuite au fil de l’information judiciaire", a aussi ajouté la magistrate. "Si les faits sont constitutifs de viol ou agression sexuelle, c'est qu'il existe une différence d'âge importante" entre la victime, Naome Horter, la fille de Lionel Horter, alors entraîneur d'Agnel, âgée de 13 ans à l'époque des faits en 2016, et le nageur, alors âgé de 24 ans, a spécifié la magistrate.

Mme Roux-Morizot a rappelé que le parquet avait requis le placement en détention provisoire de Yannick Agnel, expliquant qu'il s'agissait principalement d'éviter toute pression sur la victime. Mais le juge des libertés et de la détention n'a pas suivi ces réquisitions et a placé l'ancien champion sous contrôle judiciaire. Celui-ci est assorti de nombreuses obligations, a poursuivi la procureure: Yannick Agnel a ainsi interdiction de quitter la petite couronne parisienne, de se rendre à Mulhouse, sauf convocation judiciaire, d'entrer en contact avec la famille de la victime, il devra remettre son passeport à la justice et il a interdiction d'entrer en contact avec son agent, Sophie Kamoun.

L'ancien sportif de 29 ans, reconverti dans l'e-sport et consultant dans divers médias, fait l'objet d'une plainte déposée par Naome Horter l'été dernier. Arrêté jeudi à son domicile parisien, il a passé 48 heures en garde à vue à Mulhouse avant d'être déféré devant un juge d'instruction qui l'a mis en examen samedi. Yannick Agnel possède l'un des plus beaux palmarès de la natation française: il a été double champion olympique à Londres en 2012 sur le 200 m nage libre et le relais 4x100 m, avant d'être sacré champion du monde dans ces deux disciplines en 2013.


>