Qualification pour les JO assurée pour Hénique, pas pour Bonnet

Florent Manaudou va se sentir moins seul. Alors que l’ancien champion olympique du 50m nage libre a réalisé une performance suffisante pour prétendre à une qualification pour les Jeux de Tokyo sur sa distance de prédilection, tout comme Yohann Ndoye Brouard sur le 100m dos, ce vendredi, deux têtes d’affiche de la natation française ont fait de même ce week-end à l’occasion de l’étape marseillaise du FFN Golden Tour Camille Muffat. Engagée lors de la finale du 50m nage libre ce dimanche, Mélanie Hénique a été dominée par Pernille Blume, championne olympique en titre, et Femke Heemskerk, avec un temps de 24’’73. Si sa performance est inférieure à celle établie lors des derniers championnats de France (24’’34), la nageuse marseillaise n’a pas vu une de ses rivales faire mieux alors que la première fenêtre de qualification olympique s’est refermée. En conséquence, Mélanie Hénique s’est qualifiée pour les Jeux de Tokyo, l’été prochain. Une performance qui lui permet d’accompagner au Japon Marie Wattel, alors que Yohann Ndoye Brouard a signé un temps adéquat sur le 200m dos.

Bonnet va devoir patienter


Cette dernière a, en effet, remporté la finale du 100m nage libre ce samedi avec en 53’’32, soit 21 centièmes de seconde de mieux que la marque imposée par la Fédération Française de natation (53’’53) et mieux que Béryl Gastaldello, qui avait fait 53’’40 lors des derniers championnats de France, en décembre dernier à Saint-Raphaël. Mais, pour Charlotte Bonnet, la donne est bien différente. En effet, malgré sa victoire lors de la finale du 200m nage libre avec un chrono de 1’56’’77, il a manqué quatorze centièmes de seconde à la Niçoise pour atteindre la barre de qualification (1’56’’63). « Il y a forcément une petite frustration de ne pas faire le temps, mais je peux difficilement être déçue : c'est la troisième fois en quatre mois que je nage en 1’56’’. Le coeur de cette année, ce sont les Jeux. L'objectif, c'est d'être forte là-bas, a confié Charlotte Bonnet à l’issue de sa course dans des propos recueillis par l’AFP. Et même si je nage en 1'56 ou 1'57 toute l'année, si je fais 1'54 le jour J, c'est ça qui compte. » Pour voir Tokyo, la Niçoise devra assurer lors des championnats de France en juin prochain à Chartres avec un temps de 1’57’’28 qu’il lui faudra battre en finale.

>