Championnats du monde : Marchand remporte la médaille d'argent du 200m papillon

Panoramic


Léon Marchand a tout donné mais il y avait bien plus fort que lui. Après avoir battu le record de France du 200m papillon de Franck Esposito ce lundi à l’occasion des demi-finales du 200m papillon, la nouvelle pépite de la natation française a récidivé lors d’une finale dominée de la tête et des épaules par Kristof Milak. Dans une Duna Arena en éruption, le Hongrois a mis une claque à tous ses rivaux mais également à son propre record du monde de la distance. Passé à 50 mètres de l’arrivée avec plus d’une seconde d’avance sur les bases de son temps établi lors des Mondiaux de Gwangju en 2009, Kristof Milak a touché en 1’50’’34, soit un peu moins de quatre dixièmes de seconde de mieux que sa précédente référence. La concurrence a été repoussée à trois secondes et le « meilleur des autres » n’est autre que Léon Marchand.


Marchand donne rendez-vous


N’ayant pas dérogé de sa stratégie de course, le protégé de Bob Bowman est parti à son rythme, sans trop en faire. Pointé à quasiment une seconde et demie de Kristof Milak après 50 mètres, Léon Marchand a progressivement augmenté l’allure pour revenir au contact du Japonais Tomoru Honda, plus exactement deux centièmes derrière. Grâce à une dernière longueur quasiment parfaite, sur laquelle il reprend deux dixièmes au nouveau champion du monde, le Tricolore est allé chercher la médaille d’argent en 1’53’’37, battant d’un peu plus d’une seconde son propre record de France établi ce lundi. Tomoru Honda complète donc le podium un peu plus de deux dixièmes de seconde derrière Léon Marchand. Si la différence est grande, tout indique que le Tricolore a les moyens de revenir sur Kristof Milak d’ici à Paris 2024.

Marchand domine aussi les demi-finales du 200m quatre nages


A peine descendu du podium du 200m papillon que Léon Marchand a retrouvé le bassin de la Duna Arena pour les demi-finales du 200m quatre nages. Les émotions de sa deuxième médaille mondiale n’ont pas atteint son niveau de performance. Aligné à l’occasion de la deuxième demi-finale de la distance, le Français a fait la différence face à Carson Foster sur le parcours de brasse pour ensuite confirmer sa domination en nage libre. En 1’55’’75, Léon Marchand bat son propre record de France du 200m quatre nages d’un peu plus d’une seconde et signe le meilleur temps de ces demi-finales devant Carson Foster (1’56’’44) et Daiya Seto (1’56’’74). « Kristof Milak a vraiment été incroyable sur la finale du 200m papillon. J’ai fait ma course, je ne suis pas parti trop vite et j’ai fait un bon deuxième 100m. Je gagne encore une seconde ce soir, c’est fou, a confié Léon Marchand au micro de France Télévisions. On avait tout organisé avec Bob Bowman donc l’enchaînement s’est fait rapidement. Sur le podium, je pensais déjà à ma course suivante. J’étais concentré de base sur le 200m quatre nages et le 200m papillon était un bonus. J’ai fait énormément de progrès en papillon ces dernières semaines donc je pensais pouvoir faire quelque chose. Là, je fais le meilleur temps des demi-finales, je serai ligne 4, j’aime bien cette position et on va essayer de faire le mieux possible. »

>