MotoGP : Pour Suzuki, c'est vraiment fini

Panoramic
Le MotoGP va devoir s’y faire. A l’issue de la saison 2022, les motos à la livrée bleue et argentée de l’écurie officielle Suzuki quitteront le paddock. Après des bruits de couloir au début du mois de mai lors des essais de Jérez de la Frontera, la marque japonaise a officialisé ses velléités de départ en marge du Grand Prix de France. Quant à l’idée d’un potentiel retour en arrière des dirigeants du constructeur, Livio Suppo a douché tout enthousiasme à ce sujet. « Suzuki a confirmé officiellement qu'ils ne seront pas là l'an prochain, a confié le manager de l’écurie japonaise, arrivé en début de saison pour combler le vide laissé par Davide Brivio. Ce qui continue, ce sont des discussions avec la Dorna qui sont hors de mon champ de compétence donc je ne peux rien en dire. Mais rien n'a changé. Il n'y a aucune chance d'avoir Suzuki ici l'an prochain. »

Suppo : « Ils ont conservé un bon état d’esprit »

Depuis l’annonce du retrait de Suzuki, les résultats d’Alex Rins et Joan Mir ont été en berne, avec notamment un zéro pointé à l’occasion de trois des cinq derniers Grands Prix. Malgré tout, Livio Suppo a salué la comportement des membres de son équipe. « Je dois vraiment remercier tout le monde dans l'équipe parce qu'ils n'ont pas renoncé malgré l'annonce, ils ont conservé un bon état d’esprit, a confié le dirigeant italien face à la presse. Si vous restez dans le paddock le soir, vous verrez que l'ambiance reste très bonne et joyeuse dans notre hospitalité. » Toutefois, Livio Suppo est conscient que bon nombre d’employés de l’écurie Suzuki actuelle vont perdre leur emploi. « Naturellement, nous essayons de les aider à trouver des solutions pour l'an prochain, a-t-il affirmé. Ce qui est important, c'est qu'après le choc des premières heures, ils ont très bien réagi. » Alors qu’Alex Rins a déjà trouvé un point de chute pour 2023, Joan Mir pourrait prochainement faire de même, étant annoncé chez Honda pour remplacer Pol Espargaro aux côtés de Marc Marquez.

>