MotoGP - GP du Japon : Miller s'impose, Quartararo huitième, Bagnaia a chuté

panoramic


Fabio Quartararo ne termine que huitième, mais pourtant, il peut se satisfaire de sa course. Ce dimanche, à l'occasion du Grand Prix du Japon de MotoGP, sur le circuit de Motegi, le Français, pensionnaire de l'écurie Yamaha et qui était parti en neuvième place, a donc terminé à bonne distance de la tête de course. Mais, pourtant, le Niçois accentue, malgré tout, son avance en tête du classement général du championnat du monde de la spécialité. Car, dans cette même course, son principal rival pour le titre, à savoir l'Italien Francesco Bagnaia, qui n'était que douzième sur la grille de départ, a chuté. Au moment de cette chute, qui est intervenue à l'occasion du tout dernier tour de course, le Transalpin visait la huitième place de Quartararo. Cette même course a été remportée par l'Australien Jack Miller, pensionnaire de chez Ducati.

Quartararo possède 18 points d'avance sur Bagnaia au classement général


Ce podium du jour a été complété par le futur coéquipier de Miller à partir de la saison prochaine, à savoir le Sud-Africain Brad Binder, qui évolue encore cette année avec l'écurie KTM. Quant à la troisième place, elle revient à l'Espagnol Jorge Martin, pensionnaire de l'écurie Ducati-Pramac. Parti en pole position, pour la première fois depuis 2019, l'Espagnol Marc Marquez (Honda), sextuple champion du monde de la spécialité, termine quatrième, après avoir perdu la tête dès le début de course. Quant à l'autre Français, Johann Zarco, il termine onzième. En ce qui concerne le classement général du championnat du monde de la spécialité, et alors qu'il reste encore quatre courses dans un programme qui en comptait un total de 20, Fabio Quartararo possède un total de 219 unités, soit 18 de mieux que Bagnaia, qui en compte 201, tandis que l'Espagnol Aleix Espargaro, pensionnaire de l'écurie Aprilia et seizième du jour, est troisième à 25 points du Tricolore. Avant cette course, Espargaro avait 17 unités de retard, mais ses problèmes techniques lui ont donc rapidement coûté bien cher.

>