MotoGP - GP des Amériques : Marquez s'impose, Quartararo conforte son avance



Marc Marquez et Fabio Quartararo à la fête au Texas. Impérial du début à la fin sur ce circuit d'Austin qui est comme son jardin, le premier, casque "rodéo" sur le crâne, a triomphé pour la septième fois de sa carrière au Grand Prix des Amériques en huit participations. Le sextuple champion du monde en MotoGP décroche ainsi sa deuxième victoire de la saison, et la 58eme pour lui dans la catégorie reine. Face à un Marquez de cette envergure, le second ne pouvait pas mieux espérer que de terminer à la deuxième place derrière celui qui a une nouvelle fois justifié son surnom de "shérif" de ce circuit qui a débarqué en même temps que lui en MotoGP. C'est précisément ce que le Français a fait en passant son rival Francesco Bagnaia dès le départ (les deux hommes ont même failli se toucher) pour ensuite assurer, sans jamais prendre le moindre risque, cette deuxième place qui lui permet de consolider son avance sur l'Italien au classement du Championnat du Monde et toucher du doigt son premier sacre mondial. Ce nouveau podium - le dixième pour le Niçois cette saison - permet en effet au "Diablo" de compter désormais 52 points d'avance sur "Peco" Bagnaia, seul pilote désormais à pouvoir priver le leader du classement du titre de champion du monde (Joan Mir, encore dans le coup avant le début du week-end, a vu ses derniers espoirs s'envoler dimanche). Soit précisément une avance qui lui permettrait d'être sacré dès le prochain rendez-vous, à Misano (pour cela, il devra ou terminer devant Bagnaia, ou finir juste derrière l'Italien s'il termine au mieux cinquième ou hors des points si son dauphin ne marque aucun point lui non plus).


Quartararo sacré à Misano ?





Le jeune pilote français de 22 ans pourrait même posséder une plus large avance encore au classement après cette quinzième manche de la saison sans la stratégie d'équipe de Ducati, qui avait pourtant assuré qu'il ne passerait pas par ce levier pour faciliter les desseins de Bagnaia. Pourtant, si l'Italien, tout de suite relégué loin du tandem de tête, la faute à un départ beaucoup trop timide, a pu terminer sur le podium il le doit surtout au coups de pouce conjugués de Jack Miller et Jorge Martin. Le premier, averti que Bagnaia se trouvait juste derrière lui, l'a laissé délibérément passer. Le second, certes pénalisé mais qui a surtout donné le sentiment de ralentir volontairement pour que l'Italien puisse le doubler, a lui aussi fait en sorte que "Peco" empoche 16 points et non seulement 13, le barème pour une quatrième place et ne se retrouve pas à 55 longueurs du Français. "C'est un très grand pas vers le titre. Là, on est vraiment près", a malgré tout reconnu Quartararo dimanche après l'arrivée, rappelant toutefois qu'il "ne faut pas s'exciter". Rêver, en revanche, c'est plus que jamais d'actualité. D'autant que ce premier sacre pour un Français en MotoGP est tout proche cette fois.

>