Moto GP : Marquez, un retour espéré en 2021 ?

Il s'était fait logiquement discret sur les réseaux sociaux mais le revoir récemment a rajouté une petite dose d'amertume. Marc Marquez a publié une photo de lui pour souhaiter à tous un bon réveillon de Noël, mais l'attèle spéciale qu'il porte au bras droit n'a échappé à personne. Tel un cyborg avec son « armure », accessoire qu'il n'avait plus porté depuis septembre, le prodige espagnol de la Moto GP traîne son spleen ces derniers temps alors que son humérus a déjà été opéré trois fois depuis le mois de juillet. Pire encore, le fait qu'il s'affiche sur les réseaux avec, en dit long sur son processus de guérison. Les premiers tests programmés à Sepang en Malaisie en février prochain pour la saison 2021 semblent loin, très loin. D'une part, car la période de rééducation est longue mais également, parce que Marquez a besoin de rouler, chose qu'il n'a pas faite de toute la saison 2020. Autre élément important : la moto. Sa Honda est particulièrement difficile à prendre en main. Malgré la longue histoire d'amour entre sa monture et le pilote, l'Espagnol aura besoin de temps pour remonter sa moto, effectuer des tours sans ressentir de douleurs avant de s'essayer à réaliser des chronos de qualité. Cet enchaînement est très (trop ?) serré pour espérer un retour en bonne et due forme dans les meilleures conditions en début d'exercice 2021.

Le retour anticipé est d'ores et déjà exclu pour l'Espagnol, octuple champion du monde (dont 6 dans la catégorie reine). Victime d'une chute lors du premier Grand Prix de la saison à Jerez et opéré deux jours après, Marquez avait tenté l'impossible, revenir lors de la manche suivante en Andalousie, quelques jours après. Après quelques minutes de roulage, le pilote Repsol s'était fait à l'idée, il ne pouvait tenir sur son engin. Il était d'ailleurs retourné par la case opération pour une accumulation de stress sur son bras mais aussi en raison d'un accident domestique en tentant d'ouvrir une baie vitrée. « Je suis courageux mais pas inconscient, avait rétorqué l'Espagnol. Si on m'avait dit que la plaque pouvait rompre, je ne serais pas monté sur la moto. Le retour a été précipité. C'était une erreur. Quand je reviendrai, il faudra que je sois à 100 % et que mon corps soit prêt à prendre les mêmes risques qu'avant, parce que c'est mon ADN, c'est ce qui m'a mené à ce niveau, et c'est ce qui m'a permis de réussir ce que je voulais réussir. »



Mais là encore, tout ne se passe pas comme prévu. la guérison ne s'effectue pas comme elle le devrait. Début décembre, il décide, avec son équipe, de subir une nouvelle opération, dans la plus stricte discrétion. Cette fois, une greffe pour consolider son humérus est prévue. Huit heures sont nécessaires pour une telle intervention. À la suite de ce nouveau rendez-vous sur le billard, une infection antérieure à sa fracture est diagnostiquée. Sa guérison est une fois de plus impactée, et son retour à la maison, repoussé. « Les progrès de Marc Marquez après l'opération du 3 décembre, et le début du traitement antibiotique ont été reconnus comme satisfaisants par l'équipe médicale, a confié l'écurie dans un communiqué. Il a donc pu quitter l'Hôpital Ruber Internacional pour continuer sa récupération à la maison, en poursuivant son traitement antibiotique spécifique ». Cependant, de nombreuses rumeurs concordantes rapportent que le nerf radial de Marc Marquez serait finalement touché et qu'une quatrième opération est envisagée, cette fois aux États-Unis. Pour le moment, personne n'a confirmé ou infirmé l'information.

Si la période des voeux n'est pas encore pour aujourd'hui, les fans de la Moto GP souhaitent à coup sûr, un prompt rétablissement à celui qui règne en maître sur la discipline. Car le chemin, d'ici à le voir concourir en pleine possession de ses moyens pour un 9eme titre, sera (très) long.







>