Rami en Turquie

Reuters

"J'attends de voir, que ce soit en France où à l'étranger, je suis partant pour du combat." Invité de Christophe Dugarry sur RMC en début de semaine, Adil Rami, licencié le 12 août dernier pour faute grave par l’OM, se disait impatient de retrouver un club: "L'adrénaline et la compétition, ça me manque beaucoup. (…) Je n'attends qu'une chose: trouver un club et montrer à tout le monde que je suis encore là."

Le défenseur champion du monde, à qui le club marseillais reprochait notamment d’être allé tourner l’émission "Fort Boyard" alors qu’il était blessé au talon, devrait bientôt voir son vœu exaucé. Car Fenerbahçe a annoncé dimanche que le défenseur de 33 ans était arrivé à Istanbul, où il doit passer sa visite médicale avant de s’engager avec la formation stambouliote. Le leader de la Süper Lig, après deux journées, affirme même qu’il sera ensuite présenté au (chaud) public local.

Après la Ligue 1 (Lille, Marseille), l’Espagne (Valence, Séville) et l’Italie (AC Milan), le joueur de 33 ans, qui sort d’une saison particulièrement compliquée, sur et en dehors des terrains, s’apprête donc à découvrir un quatrième championnat. Avec une farouche volonté de rebondir: "Ce qui me plaît, j'aime ça, c'est quand on n'a plus confiance en moi et quand on pense qu'on a réussi à m'enterrer."