PSG : Verratti a "mal au ventre" quand il lit que Mbappé est à Madrid

Reuters

Le futur de Kylian Mbappé sera réglé d'ici peu. En fin de contrat avec le PSG en juin prochain, le natif de Bondy a indiqué dimanche qu'il allait prendre la parole avant les matchs de l'équipe de France, dont le prochain rassemblement débute le 28 mai. En attendant, et même si le site The Athletic a annoncé un accord entre l'attaquant et le Real Madrid, il va falloir patienter. Pour le grand public comme pour les joueurs du PSG.

"On veut tous qu'il reste ici"

Marco Verratti, lui, a été sondé sur le cas du futur de son coéquipier dans une rencontre avec les lecteurs du Parisien, ce mercredi. Et le milieu de terrain italien n'en sait pas plus que les autres. "Cela aura un impact sur le club quelle que soit sa décision. C’est un des plus grands joueurs de la planète en ce moment donc on veut tous qu’il reste ici", a-t-il déclaré. Alors quand il lit certaines rumeurs, le natif de Pescara ressent des sensations désagréables. "C’est sa décision, et je l’attends, comme vous. Quand je suis en repos et que je vois des notifications qui disent que Kylian est à Madrid, ça me donne mal au ventre (rires). Même si après il me dit: 'Tranquille, j’étais en vacances'. On attend tous de savoir."

"Parfois on n'avait plus l'impression de jouer à la maison"

Sacré champion de France pour la dixième fois de son histoire, le PSG s'apprête à fêter son titre lors du dernier match de la saison face à Metz au Parc des Princes, ce samedi (21 heures). Toutefois, comme depuis quelques semaines, et l'élimination en 8èmes de finale de Ligue des Champions contre le Real Madrid, le public pourrait ne pas être le plus réceptif durant la rencontre. Jugeant la colère du Collectif Ultras Paris peu compréhensible, l'Italien s'est livré sur le sujet.

"Les supporteurs ont le droit de siffler mais pas pendant le match. Pendant le match, on est tous ensemble", a-t-il regretté, avant de continuer : "Parfois on n’avait plus l’impression de jouer à la maison. C’est dur à comprendre. On a besoin des supporters, et il y a d’autres manières de faire comprendre sa colère. On peut discuter par exemple". Cette colère, selon lui, n'est pas simplement "liée aux résultats"; mais surtout aux attentes énormes générées en début de saison, avec les arrivées de Lionel Messi, Sergio Ramos, Achraf Hakimi ou encore Gianluigi Donnarumma.

 


>