Mercato : Nabil Fekir, l’embarras du choix

GABRIEL BOUYS / AFP

"Magique", "génial",… Les superlatifs n’ont pas manqué en Espagne après le but de Nabil Fekir lors de la victoire du Betis contre Levante (2-0), juste avant la trêve internationale. Après avoir réceptionné une passe d'Aïssa Mandi tout près de la ligne médiane, l’ancien Lyonnais s'est retourné et a successivement éliminé quatre adversaires avant de venir nicher le ballon entre les jambes du portier adverse.

Un but somptueux qui n’a pas dû altérer l’intérêt que portent plusieurs écuries européennes à celui qui a signé à cette occasion sa troisième réalisation de la saison en Liga, pour six passes décisives. Selon l'observatoire du football CIES, il est même le sixième meilleur joueur d’Europe en 2021, et le premier Français. Et s’il se sent bien à Séville, où il est arrivé à l’été 2019 et a récemment acheté une nouvelle maison, la perspective de relever un nouveau challenge dans un club plus huppé l’intéresserait.

D’après le quotidien andalou Estadio Deportivo, après l’Inter Milan et Liverpool, où il avait failli signer en 2018, Arsenal et le FC Barcelone le suivraient aussi de près. Un club catalan contre qui il avait réussi l’une de ses meilleures prestations de la saison début février, délivrant notamment une passe décisive lors de cette performance pleine. Ironie du sort, celui que Jean-Michel Aulas avait surnommé "le Messi du Rhône" pourrait donc succéder au sextuple Ballon d’Or argentin si ce dernier venait à quitter la Catalogne.


Un pourcentage pour l'OL

Et si ce n’est pas au Barça, Fekir ne manquera pas de prétendants, alors que le Betis est en manque de liquidités et ne verrait pas forcément d’un mauvais œil le départ d’un salaire conséquent. Même s’il compte sur le champion du monde, sous contrat jusqu’en 2023. Si celui qui a choisi l’agence Promoesport pour le représenter part, ce ne sera probablement pas, étant donné la situation économique, pour 90 millions d’euros, le prix de sa clause de départ.

Mais il y aura forcément une plus-value, dont l’OL va récupérer 20%, pour un joueur acheté 20 millions d’euros. En attendant un éventuel transfert cet été, Fekir espère bien retrouver les Bleus pour l’Euro, même s’il n’était pas du dernier rassemblement. Une fin de saison en boulet de canon, avec son équipe bien placée dans la course à l’Europe, pourrait aider. Surtout si l’UEFA valide l’idée de listes élargies à 25 ou 26 joueurs en raison de la pandémie.


>