Mercato - De Ligt, encore un grand coup du Bayern

FC Bayern

Après le recrutement de l'attaquant sénégalais, il s'agit d'un nouveau coup des Bavarois qui espèrent faire oublier le départ de leur prolifique attaquant Robert Lewandowski à Barcelone. D'après le club italien, le transfert s'élève à 67 millions d'euros, payables en quatre ans, auxquels s'ajouteront éventuellement 10 millions d'euros assujetis à des "objectifs de performances spécifiques". Cette transaction constitue le deuxième plus gros transfert de l'histoire du Bayern après les 80 millions d'euros déboursés en 2019 pour... un autre défenseur, Lucas Hernandez. "Matthijs de Ligt était l'un de nos principaux objectifs. Avec des signatures comme celle-ci, les grands objectifs que nous avons sont réalisables (...) de Ligt devrait devenir un pilier du FC Bayern", s'est félicité le président du champion d'Allemagne, Herbert Hainer dans un communiqué.

Mauvaise nouvelle pour les Français ?

Si l'arrivée de de Ligt vient compenser numériquement le départ libre en fin de saison dernière de Niklas Süle chez le rival Dortmund, le Néerlandais semble d'un tout autre calibre que l'international allemand. A 22 ans, l'ancien joueur de l'Ajax Amsterdam s'est rapidement imposé comme un pilier de la défense de la "Vieille Dame" en reléguant régulièrement l'un de ses monuments, Giorgio Chiellini, sur le banc. Physique de colosse, rapidité, assurance, le défenseur arrivé en 2019 à la Juve pour quelque 85 millions d'euros, a été titularisé à 31 reprises la saison passée avec les Turinois. Avec les Pays-Bas, il forme l'axe de la défense avec le joueur de Liverpool Virgil van Dijk et compte déjà 38 sélections. Mais il doit encore parfois adoucir son tempérament fougueux, comme en témoigne son expulsion en huitièmes lors du dernier Euro contre la République tchèque (défaite 2-0).

De Ligt aura pour mission de stabiliser une défense bavaroise souvent poreuse la saison passée. L'international néerlandais pourrait ainsi rapidement devenir le patron d'un système à trois, voire quatre, défenseurs privilégié par l'entraîneur Julian Nagelsmann aux côtés de l'international français Hernandez qui devrait évoluer lui dans l'axe gauche. En revanche, son arrivée constitue une mauvaise nouvelle pour les Français Dayot Upamecano, Tanguy Nianzou voire Benjamin Pavard qui espérait jouer à sa position favorite, dans l'axe, après le recrutement du latéral droit marocain Noussair Mazraoui.

Casser la tirelire

Avec ce nouveau recrutement d'envergure, après les arrivées de Sadio Mané et des pépites de l'Ajax Ryan Gravenberch et Mazraoui, le "Rekordmeister" a bel et bien décidé de taper fort sur le marché des transferts. Quitte à aligner des millions sur la table - plus de 120 pour ces quatre transferts selon les médias allemands - loin de la politique rigoureuse de ces dernières années. Car le Bayern s'est montré conservateur au niveau de ses finances, restées saines malgré le Covid-19, refusant de faire monter les enchères pour s'offrir de grandes stars internationales à des prix exorbitants. Tout en critiquant ses concurrents européens jugés dispendieux à l'instar du Paris SG, Manchester City ou Barcelone. Sauf qu'en ne misant que sur le vivier de la Bundesliga (Marcel Sabitzer, Dayot Upamecano, Alexander Nübel) ou de jeunes prometteurs (Omar Richards, Marc Roca, Tanguy Nianzou, Josip Stanisic, tous cantonnés au banc ou déjà partis), l'équipe ne s'est que peu améliorée, voire a perdu de sa superbe.

En témoigne la "mauvaise" saison passée où à l'exception un nouveau sacre national, le 10e d'affilée, la vitrine aux trophées est restée bien vide après les éliminations sans panache en Coupe d'Allemagne (2e tour) et en quart de finale de C1 contre Villarreal. Avec ces arrivées prestigieuses, le champion d'Allemagne essaye de faire oublier le départ de sa machine à buts, le Polonais Robert Lewandowski, qui, après un bras de fer de plusieurs semaines avec ses dirigeants, a finalement reçu un bon de sortie, contre environ 50 millions d'euros, pour rejoindre le Barça. Et l'été pourrait encore être chaud en Bavière où plusieurs noms circulent sur la liste d'achat: le milieu Konrad Laimer (Leipzig), le talent français de 17 ans Mathys Tel (Rennes) voire un intérêt marqué pour la vedette de Tottenham, Harry Kane.


>