Mercato : Belhanda entre Nice et Monaco ?

Reuters

Le mercato hivernal qui débutera le 1er janvier prochain sera peut-être un peu plus animé et intéressant que les saisons précédentes... Et pour cause, parmi les clubs toujours engagés en coupes d'Europe, ceux-ci peuvent désormais s'autoriser les recrutements de trois joueurs qui ont déjà participé à la même compétition sous d'autres couleurs, ce qui n'était pas le cas auparavant. A l'échelle du football européen, cela ne concerne finalement qu'une petite minorité de formations, les autres travaillant toujours sur le même format: trouver les profils idéaux à moindre coût pour compenser la blessure d'un cadre, simplement dégraisser un effectif trop fourni, profiter d'une belle opportunité...

"On veut faire des ajustements."

Jean-Pierre Rivère

L'OGC Nice et l'AS Monaco, privés de compétitions européennes, sont dans ce cas. Sur le Rocher, Thierry Henry va autant chercher à alléger un effectif particulièrement riche qu'à ajouter de réelles plus-values pour tenter de sauver la peau du club en Ligue 1. De son côté, le Gym devrait se montrer bien moins actif sur le front des transferts. "On veut faire des ajustements. Les saisons précédentes, cela avait été possible dès le mois d’août. On n’en a pas eu la possibilité, on doit le faire maintenant. Mais cela ne signifie pas prendre pour prendre", avait pris soin de préciser le président Jean-Pierre Rivère dans les colonnes de Nice-Matin il y a peu.

Nice va tenter le coup

Le quotidien régional s'accorde à dire néanmoins que les Aiglons s'intéressent de très près à un certain Younès Belhanda, pas forcément essentiel au sein d'un Galatasaray Istanbul avec lequel il est encore sous contrat jusqu'en 2021. Mais les pensionnaires de Louis-II seraient également positionnés sur le dossier... Les deux rivaux pourraient donc batailler pour faire revenir un milieu de terrain offensif ou attaquant qui connaît bien la Ligue 1. Formé à Montpellier, l'international marocain avait été sacré champion de France en 2012 avec La Paillade avant de partir au Dynamo Kiev puis à Schalke 04. Il était revenu une première fois en France, à Nice justement, en 2016-2017, pour prendre la direction de la Turquie par la suite.

Sur la Promenade des Anglais, l'Avignonnais pourrait permettre de pallier le départ attendu de Mario Balotelli, et de continuer à aider l'équipe à se mêler à la lutte pour une qualification européenne au terme de l'exercice en cours, là où à Monaco, son expérience en ferait un chef de file légitime pour tenter de sortir l'équipe de la zone rouge. Deux destinations possibles pour des défis bien distincts...

Turquie : Le vilain geste de Belhanda