Ligue 1, les trois tendances du mercato

Reuters

Les cadors sortent le chéquier 

Arrivés à l’automne dernier, les nouveaux dirigeants de l’OM, le propriétaire Frank McCourt et le président Jacques-Henri Eyraud, n’avaient pas eu la main sur le recrutement estival. Ils l’ont eu cet hiver et ont décidé de frapper fort en recrutant quatre grands noms: deux joueurs confirmés de Ligue 1 (Morgan Sanson et Grégory Sertic) et deux internationaux tricolores (Patrice Evra et Dimitri Payet), susceptibles de relancer le club phocéen vers les sommets. Une première étape avant l’été prochain ?

 

 

Du côté de l’OL, Jean-Michel Aulas a tout misé sur Memphis Depay, en échange d’un gros chèque de 16 millions d’euros plus neuf millions en bonus. Le talent du Néerlandais n’est pas à remettre en cause et ce dernier a à cœur de se relancer après son échec à Manchester United, mais le pari reste risqué pour un joueur qui n’a pas encore brillé par sa régularité au plus haut niveau.

 

 

La Ligue 1, l’eldorado des jeunes

Après un recrutement estival qui n’a pas tenu ses promesses (Ben Arfa, Jesé), le Paris Saint-Germain a procédé à quelques ajustements. En difficulté à Wolfsburg, Julian Draxler a débarqué dans la capitale et réussi des débuts encourageants. Mais l’international doit prouver qu’il a l’étoffe pour s’imposer définitivement au plus haut-niveau. De leur côté, Gonçalo Guedes et Giovani Lo Celso, 20 ans tous les deux, ressemblent plus à des paris pour l’avenir et devront tenter de grappiller du temps de jeu dans cette deuxième moitié de saison.

 

 

Du côté de l’AS Monaco, les gros investissements réalisés l’été dernier (Glik, Mendy, Sidibé…) ont donné satisfaction. Déjà bien fourni, l’effectif de Leonardo Jardim a parfaitement su répondre présent. Seul Jorge, jeune défenseur brésilien venu de Flamengo, est arrivé pour doubler le poste d’arrière gauche.

 

 

Au Losc, les grandes manœuvres ont commencé sous la houlette de Luis Campos, conseiller du nouveau propriétaire Gérard Lopez. Sept joueurs sont partis pour laisser leur place à sept autres nouveaux joueurs, quasiment inconnus, si ce n’est l’ancien attaquant de l’Ajax, Anwar El Ghazi. Un point commun, le plus âgé n’a que 23 ans, ce qui confirme la tendance de notre championnat à s’affirmer de plus en plus comme une porte d'entrée vers l'Europe.       

 

 

Nice, Bordeaux, Toulouse: La quête de la bonne pioche

Si le mercato hivernal permet rarement de rebâtir un effectif, il est l’occasion pour certains clubs de trouver la bonne pioche qui permettra à une équipe de se relancer ou d’ajuster son groupe. C’est le cas notamment pour l’OGC Nice. Après un été flamboyant (Dante, Belhanda, Balotelli), le club azuréen a réalisé un début de saison presque parfait, mais dispose d’un effectif peut-être un peu juste en nombre. Du coup, l’expérimenté milieu marocain Mounir Obbadi, libéré par le Losc, est venu grossir les rangs des Aiglons.

 

 

A Bordeaux, Jocelyn Gourvennec a misé notamment sur l’un de ses anciens joueurs, Younousse Sankharé (Lille) pour rééquilibrer son bloc et donner plus de cohérence à la formation girondine. A Toulouse, le problème offensif pourrait être réglé par l’arrivée d’Andy Delort, de retour en Ligue 1 après seulement six mois au Mexique (Tigres). A Metz aussi, on a fait revenir un ancien attaquant de notre championnat, Cheick Diabaté (Osmanlispor). A Saint-Etienne, les dirigeants avaient misé sur un joueur confirmé, Anthony Mounier (Bologne). Mais ce dernier n’a finalement fait que passer (prêté à l’Atalanta) en raison de l’hostilité des supporters. A Guingamp, Antoine Kombouaré compte sur l’expérience de Mathieu Bodmer, libéré par Nice. A Bastia, Prince Oniangué a déjà prouvé qu’il apportait une plus-value à l’effectif corse dès son premier match face à Nice (1-1). Qui aura réussi le meilleur coup de ce mercato ? Réponse en fin de saison.

 

 

 

 

 

 

Tous les transferts de l’hiver en Ligue 1


>