Le Real Madrid chaud sur Eduardo Camavinga (Rennes)


Eduardo Camavinga n’avait même pas besoin de ça pour attirer l’attention. Auteur de son premier but en L1 dimanche pour offrir le succès à Rennes sur la pelouse à Lyon (0-1), le milieu breton (17 ans) a consolidé par ce rush victorieux à la dernière minute son statut de révélation française du début de saison. Ce qui attise forcément les convoitises. Comme L’Equipe l’a affiché à sa Une ce mardi, le Real Madrid fait les yeux doux au néo-international Espoirs français. Les dirigeants merengue ont ouvert le dossier avec leur processus habituel, entre prise de renseignements et premier contact avec l’entourage du joueur. Il était question de faire part de l’intérêt prononcé du recordman de victoires en Ligue des Champions pour Camavinga, dont le profil séduit toutes les grandes écuries européennes. Le PSG en fait partie et n’exclut pas, même si L’Equipe assure que le club parisien a mis le temps pour se manifester, de se lancer dans les enchères qui s’annoncent.

Camavinga sous contrat jusqu’en 2022


La précocité et le talent du natif de Miconje, en Angola, ont un prix. Il s’annonce très élevé. En effet, le Stade Rennais n’est en aucun cas dans l’urgence pour céder son joyau. Après avoir signé son premier contrat professionnel peu après ses 16 ans, il a rempilé en début de saison jusqu’en 2022, le club breton ne pouvant aller au-delà de la limite de trois ans pour le bail d’un joueur mineur. Ainsi est faite la réglementation française. Mais une relation de confiance s’est tissée entre Olivier Létang, Julien Stéphan et le joueur. Il faudrait dès lors une proposition XXL pour convaincre Rennes de lâcher Camavinga dès l’été prochain. A savoir une offre d’au moins 100 millions d’euros, d’après les informations de L’Equipe. Une somme monstrueuse pour un joueur qui n’a joué que 28 matchs en professionnel. Mais c’est le tarif désormais sur un marché des jeunes pleins de potentiel complètement dérégulé. Camavinga en a déjà suffisamment montré pour valoir ce prix-là. Encore plus pour un Real dont le besoin de renouveau dans l’entrejeu saute aux yeux.

Stéphan : "Camavinga a fait un gros match"

 


>