La CAF vient (encore) au secours d’Infantino

Gianni Infantino a fait le buzz et pas le bon ce mercredi à l'occasion d'un discours prononcé devant le Conseil de l'Europe pour défendre son projet de Coupe du monde tous les deux ans. Ce grand dessein, le successeur de Sepp Blatter veut en faire le socle d'un nouveau développement du continent africain, a-t-il dit en substance, avant de déraper franchement. "[Je souhaite] donner de l'espoir aux Africains pour qu'ils ne soient plus obligés de traverser la Méditerranée pour trouver, peut-être, une vie meilleure ou plus probablement la mort en mer", a osé dire Infantino, logiquement taillé en long, en large et en travers sur les réseaux sociaux.


Et pourtant... À en croire un communiqué publié vendredi par la CAF, le président de la FIFA serait soutenu par tout un continent et aurait été simplement victime d'un procès d'intention. "Plusieurs commentateurs semblent malheureusement avoir mal compris et mal interprété le discours du Président Infantino. Il a en substance déclaré que le football est l'un des outils qui devrait contribuer au développement économique et social et à l'amélioration de la situation de nombreux Africains, et constituer un levier pour offrir un avenir meilleur et plus de dignité à de nombreuses personnes sur le continent africain. Le président Infantino n'a pas dit que la Coupe du monde de la FIFA organisée tous les deux ans empêcherait les Africains de traverser la Méditerranée", assure la CAF. Et de réaffirmer le soutien au projet de Coupe du monde tous les deux ans, et son attachement aux vertus du football pour le développement du continent. La Fifrafrique se porte comme un charme...



>