Kei Kamara, un géant de la MLS rejoint le CF Montréal

À la surprise générale, la direction du CF Montréal a annoncé vendredi la signature de l'attaquant sierra léonais Kei Kamara, libre depuis sa pige à Helsinfors (L1 finlandaise) l'an passé. Il s'agit d'un contrat d'un an assorti d'une année d'option pour un montant qui n'a pas été dévoilé. « En l'absence de plusieurs joueurs au profil offensif en raison de blessures ou de maladies, notamment celle du jeune attaquant Ivy Brisma (issu du Superdraft, ndlr) qui avait connu un bon camp d’entraînement, nous devions agir et renforcer l’effectif, a déclaré le directeur sportif du CF Montréal, Olivier Renard. Kei Kamara est un joueur avec beaucoup d’expérience en MLS (15 saisons, ndlr) dont les aptitudes offensives nous aideront autant sur le terrain qu'avec notre jeune groupe de joueurs. On lui souhaite la bienvenue avec nous. »


Une embauche logique


C'est une évidence qu'avec le projet d'Olivier Renard de construire son club en grande partie avec le développement de jeunes talents, l'ajout d'un élément d'expérience pourra rejaillir positivement sur leur progression. Parlez-en à Alphonso Davies, qui a côtoyé Kei Kamara à Vancouver il y a quatre ans. L'attaquant avait alors pris la jeune pépite canadienne sous son aile.


D'autre part, il est vrai que les blessures, sinon la maladie et le Covid-19, ont davantage frappé les éléments offensifs du onze montréalais pendant son camp d'entrainement. Mason Toye est blessé, tout comme le jeune Ivy Brisma, repêché au récent Superdraft, alors que Bjorn Johnsen subit encore les effets du Covid contracté pendant la pause hivernale. Comme l'attaque ne repose donc que sur le vétéran international hondurien Romell Quioto et le jeune Nigérian Sunusi Ibrahim (19 ans) à l'aube de la nouvelle saison qui débutera début mars, l'arrivée de Kamara se justifie amplement dans ces circonstances.


Et si on ajoute à tout cela le fait que le tiers des buts inscrits par le meilleur buteur africain en MLS (130 buts en 359 matchs) l'ont été de la tête (il mesure 1m91), voilà une arme supplémentaire apportée à un collectif montréalais qui a bien besoin d'améliorer son jeu aérien, notamment sur les phases arrêtées offensives. Mais il y a plus, car comme le souligne d'ailleurs le journaliste Matthias Van Halst sur le site impactsoccer.com, Kei Kamara est un attaquant complet capable de participer à la construction du jeu, de peser constamment sur la défense adverse tel un fauve en chassede s'adapter, constant dans l'effort et doté d'une intelligence de jeu bien au-dessus de la moyenne.


Bref, si son âge représente un point d'interrogation et qu'il faut relativiser au sujet des attentes que l'on peut avoir en termes statistiques, Kei Kamara reste à court-terme une bonne acquisition pour le CF Montréal et qui peut s'avérer payante au-delà des statistiques pour 2022, même si son rôle dans l'équipe n'aura pas un statut de titulaire indiscutable. À noter que depuis qu'il est devenu agent libre après son passage à Helsinki en D1 finlandaise en 2021, Kei Kamara a récemment joué avec la sélection nationale des Leone Stars qui a disputé la CAN 2021 au Cameroun. Il est donc déjà en forme de match au moment où vous lisez ces lignes.


Une personnalité qui ne laisse pas indifférent


"C'était écrit dans le ciel", ont dit certains fans du club montréalais, bien au courant des exploits de l'attaquant contre leur club dans le passé (13 buts inscrits contre Montréal, ce qui est plus que contre n'importe club MLS). "Trop peu, trop tard", ont affirmé d'autres partisans étant donné son âge (37 ans). Ce qui est certain, c'est que l'annonce de la signature de l'attaquant Kei Kamara par la direction du CF Montréal fait jaser.


Rappelons qu'il y a quelques années, l'international sierra-léonais avait manifesté son désir de venir jouer à Montréal en diffusant une photo où il portait le maillot du club en compagnie de son ami l'ailier ghanéen Dominic Oduro, qui évoluait alors avec le club québécois. Kamara, bien que souvent "détesté" par les fans montréalais parce qu'il a si souvent été le tortionnaire, voire le bourreau, pourrait cependant se faire rapidement de nouveaux amis par sa personnalité souriante et attachante autant que par ses buts. L'attaquant n'a d'ailleurs pas hésité à souligner à sa manière aux partisans sur les réseaux sociaux sa joie de venir jouer à Montréal, peu de temps après l'annonce de son arrivée. Même le roi des Eléphants, Didier Drogba, lui a souhaité la bienvenue à Montréal via Twitter. Ce qui en dit long sur "l'impact" que représente son arrivée.


Bref, la personnalité de Kei Kamara, au même titre que son parcours, ne laisse personne indifférent. Né en Sierra Leone en 1984 dans une famille nombreuse, il immigre avec celle-ci aux États-Unis en 1990. Après sa formation universitaire, Kamara fait ses débuts en USL avant de commencer une prolifique carrière en MLS en 2006, année où il obtenu sa citoyenneté américaine (il n'a donc jamais occupé de places internationales dans un club MLS). De 2006 à 2020, Kei Kamara a joué pour huit équipes (le CF Montréal est sa neuvième) et occupe actuellement le cinquième rang des meilleurs buteurs de l'histoire de la MLS. Il n'est d'ailleurs qu'à 4 buts de la quatrième place et à 5 buts de la troisième place, en plus d'avoir également 47 passes décisives à son compteur. Sa meilleure saison remonte à 2015 quand il a inscrit 22 buts avec le Columbus Crew pour terminer à égalité avec Sebastian Giovinco (Toronto FC) en tête du championnat des buteurs de la MLS. À noter qu'entre 2013 et 2015, il a joué en Angleterre avec Norwich City et ensuite avec Middlesbrough. Pour compléter le tout, il a été sélectionné 38 fois avec les Leone Stars depuis 2008, inscrivant sept buts.


Mais Kei Kamara n'est pas un simple joueur de football, ou de soccer comme on dit en Amérique du Nord. Il est aussi un généreux humanitaire très impliqué en dehors des pelouses. En 2012, il a crée la fondation HeartShapedHands (le nom fait référence à sa manière de célébrer un but en faisant un cœur avec ses mains) dont l'objectif est d'offrir des bourses aux écoles et aux étudiants du Sierra Leone pour les aider à compenser les coûtés élevés en éducation, car l'école n'est pas gratuite dans ce pays, si bien que plusieurs enfants doivent renoncer à poursuivre leurs études après l'école primaire, et que des institutions scolaires sont privées de matériel pédagogique pour soutenir l'enseignement. Signalons qu'une guerre civile plombe depuis longtemps le Sierra Leone et que de nombreux jeunes enfants sont armés et participent à ce conflit meurtrier, souvent ignoré par les grands médias.


En somme et pour conclure, il y a fort à parier que les supporters du CF Montréal qui ne connaissent pas encore Kei Kamara, ou bien ne le connaissent que partiellement, vont sans doute apprendre à découvrir et à apprécier l'homme, aussi bien que le footballeur professionnel en 2022, tandis que la MLS apprendra à le redécouvrir.



>