Divers : Le souhait de Gasset

Cela fait maintenant huit mois que Jean-Louis Gasset a quitté Saint-Etienne. Sans club, le technicien de 66 ans a pris du recul, s'est ressourcé. Et se sent désormais prêt à se lancer dans un nouveau challenge. « Je pensais que ma route d'entraîneur était finie, a-t-il pourtant révélé à L'Equipe. C'est pour cela que je suis revenu à Montpellier, dans la ville où j'ai tout connu (...). Mais je ressens aujourd'hui un feeling autre. Si un truc nouveau, extraordinaire, qui me fasse vibrer, tripper, se présente, je suis prêt. J'ai envie et j'ai l’œil alerte, de nouveau. Et j'ai deux, trois idées. »

Gasset : « Une CAN, ce serait un truc terrible à vivre »


L'une de ces idées semble bien précise : s'asseoir sur le banc d'une sélection nationale, africaine de préférence. « J'aimerais devenir sélectionneur, découvrir des pépites, m'entretenir avec les joueurs majeurs, construire un groupe en un temps record, vivre le rush du match qui compte, puis la compétition, l'euphorie d'un pays et comprendre pourquoi, quand des Français réussissent, on les appelle les sorciers blancs, a énuméré l'ancien coach de Saint-Etienne. Une CAN, ce serait un truc terrible à vivre. Devenir sélectionneur offrirait le bon dosage, un bon compromis entre mon amour du football et ma famille. » Gasset a également affirmé qu'il pensait à ouvrir une académie, ce qu'il a failli faire du côté de Montpellier juste après avoir quitté les Verts.

Gasset : « Blanc ? La vérité, c'est qu'en France les gens sont jaloux de lui »


L'Héraultais de naissance est aussi revenu sur la situation de Laurent Blanc, toujours sans club malgré, notamment, des contacts très sérieux avec Lyon en octobre dernier. Une situation que celui qui a été l'adjoint du « Président » durant de longues années ne comprend pas. « Ne me faites pas croire qu'il a échoué à un entretien à Lyon, s'est-il exclamé. Ça, je ne peux pas l'entendre. C'est inacceptable, incompréhensible ! Qui peut mieux parler de football que Laurent Blanc ? La vérité, c'est qu'en France les gens sont jaloux de lui. (...) J'espère sincèrement qu'il va retrouver un club et, pour son bonheur, à l'étranger. »

>